Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

DECLARATION DU PCF CONCERNANT AIRBUS GROUP SURESNES

Les  décisions que la direction d’AIRBUS Groupe souhaite prendre sont inacceptables  à plus d’un titre.  Elles doivent êtres combattues par tous ceux qui ont à cœur le développement industriel dans  notre pays et en Europe.

Les  raisons  invoquées par la  Direction,  qui annonce 1500 suppressions d’emplois et la fermeture du centre d’études et de recherches situé à Suresnes, dans les Hauts de Seine ne sont uniquement fondées que sur le rendement financier. Alors que le plan de charge est assuré pour au moins 5 à 7 ans,  alors que le niveau de rentabilité financière, du simple point de vue de la rétribution des actionnaires est au  beau fixe  pour un bon nombre d’années, ce  plan de suppression d’emplois heurte les intérêts vitaux de développement.

Il touche le secteur « Recherche & Technologie  (R&T) où  se mènent les études de recherche appliquées, de prospective en matière aéronautique et sur la préparation du  futur, qui sont en charge  du centre de Suresnes.

Il porte également sur les emplois que la fusion de  AIRBUS Groupe et de la filiale AIRBUS est censée pouvoir éliminer du fait d’une  soi-disant apparition de doublons. Une pure invention du PDG. Il touche également le site allemand d’Ottobrun.

Preuve que le basculement malheureusement accepté par le gouvernement Français sous pression du capital Allemand  et effectué par les Dirigeants du Groupe pour donner une prééminence Allemande, ne signifie rien pour les salariés allemands.

La  logique de profit prévalant des côtés du Rhin, les salariés des deux pays logent, en l’occurrence, à la même enseigne.

Que constate-t-on ?

Ø Cette opération contribue un peu plus  à la désindustrialisation de la Région Ile de France.   Alors qu’elle était encore récemment  la 1ère  région pour l’industrie aéronautique et spatiale en  France, elle est  maintenant dans la 2ème place. Pour quelle  raison, sinon la poursuite du plan de la transformation de la RP en plateforme financière ?

Ø Alors que d’importantes Entreprises aéronautiques travaillant avec  AIRBUS, comme SAFRAN, ex- SNECMA en Seine et   Marne, ONERA à Chatillon dans les Hauts de Seine, Dassault Aviation à Saint-Cloud, Thales , …, toutes engagées dans des  réflexions et travaux de   R&T en commun, se situent en région Ile de France, le transfert de  l’Etablissement de Airbus Suresnes  à Toulouse accroîtra les difficultés pour les équipes de ces différentes Entreprises. Quel gain alors y voit-on ?

Ø Parmi ces Entreprises,: l’ONERA voit ses salariés particulièrement inquiets.. En effet, le financement des Etudes de cette entreprise  par les autorités de tutelle (Ministère de la recherche, …) est plus que chaotique., Cet Etablissement publique  (qui possède plusieurs Etablissements (Chatillon, Toulouse, Modane, …) voit ses moyens régulièrement menacées et ses souffleries souffrent de moyens insuffisants pour répondre à l’ensemble des besoins. De, le DLR (Entreprise publique de Recherche Allemand) est présenté comme un concurrent plus que comme un partenaire. Y a-t-un lien entre les difficultés rencontrées par cet Etablissement et le départ de l’Etablissement de Suresnes ?

Enfin, le site suresnois d’Air bus se situe sur le  front de Seine, là précisément où 2 Entreprises  d’études de l’Aéronautique constitue une « tache » qui gêne face à l’envahissement de l’immobilier d’activités  sur cette Commune. Comment ne pas penser alors à une opération menée en connivence  avec les grands opérateurs de l’immobilier spécialisé?

Pour ces raisons, qui s’ajoutent à l’état florissant du Groupe, ce projet de suppressions d’emplois dans le Groupe AIRBUS est inacceptable. Il apparaît comme indispensable que la clarté soit faite sur ces différents points avant toute décision sur  ce projet. Le PCF a déjà alerté le  Gouvernement par la voix de ses parlementaires (Assemblée Nationale et Sénat) et exige des réponses urgentes. Il a  exprimé publiquement son opposition à ce projet.

Devant cette machine infernale, qui pourraient risquer à terme détruire les bases françaises aéronautiques, le principe d’une enquête parlementaire que nous réclamons depuis 3 ans reste plus que jamais d’actualité.

Il n’y aucune raison que cette entreprise reçoive les ressources du CICE et du CIR et autres défiscalisations et détruise des centres de créations de richesse et  de l’emploi comme ce centre  de Suresnes.

 

Les représentants de l’état doivent intervenir, les responsables de la région ile de France de même que la ville de Suresnes doivent s’opposer à cette fermeture de site.

Sinon une nouvelle fois ils prouveraient leur complicité avec des dirigeants qui travaillent contre l’emploi, contre les intérêts de la France.

A défaut d’autres mesures ne condamnant pas l’emploi, l’état, aux travers de ses représentants doit se montrer ferme et incitatif.

A défaut d’autres mesures ne condamnant pas l’emploi, l’état, aux travers de ses représentants doit se montrer ferme et incitatif.

Il doit exiger une autre stratégie industrielle et commerciale garantissant le plein emploi comme les 1000 milliards d’euros de commande sur 15 ans l’assurent.

L’Etat possède encore 11% de cette entreprise. IL doit les préserver et les utiliser pour peser sur les choix stratégiques de cette entreprise, pour garantir l’avenir de la société et de son personnel.

S’il ne le faisait pas, il signeraient sa trahison  à l’encontre du peuple qui l’ a élu afin de redresser l’économie Française.

 

Le personnel ne doit pas se plier au chantage à l’emploi comme le suggère les dirigeants en fomentant des menaces sur l’existence même du Groupe.

Les profits des actionnaires ne peuvent prévaloir sur l’intérêt national.

En tout état de cause, à un moment où des perspectives d’échéances électorales pour 2017 sont au cœur des débats, les Communistes invitent les salariés du pays à ne pas  se laisser berner par le chant des sirènes, particulièrement émanant de ceux qui comme le Font National , escompte faire son beurre sur le mécontentement et la colère des salariés  que la casse sociale révolte,  font œuvre de discours populistes  pour masquer la violence antisociale de leur projet politique.

Il est plus que jamais opportun de lutter  pour obtenir des droits d’interventions décisionnels sur l’avenir des entreprises, des droits citoyens qui ne s’arrêtent pas a la porte des entreprises. Les salariés sont les meilleurs garants des choix à faire pour préserver le savoir faire, développer leurs entreprises et l’emploi pour le bien de tous. Il est également plus que jamais nécessaire que se concrétise le rassemblement des forces  politiques qui appellent à un changement de cap vers une authentique politique de gauche, le rassemblement le plus large de ceux qui ne se reconnaissent pas dans la politique menées depuis 5 ans et à rejeter ceux qui comme Fillion ne rêve  qu’à aller encore plus loin dans la destruction des droits sociaux et syndicaux.

Dans l’immédiat,  notre Parti Politique, le PCF demande aux pouvoirs publics et au Gouvernement de suspendre ce plan de fermeture de Suresnes et d’arrêter  les suppressions d’emploi dans AIRBUS.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.