Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos Conseillers Généraux
 
 
 
 

Aurore Raoux et Nicolas Koukas interpellent François Hollande à Arles…

Aurore Raoux et Nicolas Raoux, Coseiller(e)s, départementaux des Bouches du Rhône du Parti Communiste Français, ont profité de la venue de François Hollande à Arles pour remettre, au Président de la République, une missive aux contours politiques de Gauche. Elle et il le remercie d’être venu à Arles … mais lui demande le retrait de la loi travail. Ambitieux de gauche !

[Lu dans la Presse]

A l'occasion de la visite de François HOLLANDE, Président de la République ce jeudi à #‎Arles, nous lui avons officiellement remis la lettre ci-dessous
#‎LoiTravail

Monsieur le Président de la République,

Tout d’abord, vous remercier d’avoir fait le déplacement dans notre belle ville d’Arles, où la culture se conjugue à toutes les saisons, dans un savant mélange de tradition et de modernité. La réussite des rencontres photos, l’école internationale de la photographie ou encore la tour Gehry en sont quelques exemples.

Cependant, nous ne pouvons aller à votre rencontre sans évoquer le contexte particulier dans lequel se déroule cette visite présidentielle.

Depuis plusieurs semaines, des manifestations ont lieu dans tout le pays, des débats animés à l’Assemblée Nationale pour rejeter la Loi Travail.

Nous soutenons les salariés, les ouvriers, la jeunesse, les députés qui dénoncent ce texte et qui aspirent à un avenir meilleur.
Nous pensons également que cette loi, qui remplacerait le Code du travail n’est pas en mesure de garantir les droits des salariés ni de faire obstacle à une précarité grandissante dans tout le pays.

Au travers de notre mandat d’élu, nous défendons tant l’emploi que le développement économique mais pas à n’importe quel prix.

Nous pensons que les salariés ne doivent pas être la variable d’ajustement d’une économie qui se mondialise loin de tout rapport humain dans le monde du travail.

Nous demandons à ce que la Loi Travail soit retirée et qu’un débat profond, tel que notre démocratie le permet, soit engagé.

Nous vous remercions par avance de toute l’attention que vous accorderez à notre courrier.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

Aurore RAOUX

 

Nicolas KOUKAS

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.