Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

Loi Travail : le coup de force du gouvernement

Le gouvernement a dégainé le 49.3 pour passer en force la loi Travail, antisociale et qu'aucune proposition électorale n'avait annoncée. Face à ce déni démocratique, Pierre Laurent, secrétaire du PCF, déclare « son sentiment de colère » et annonce que « le combat continue ». Même sentiment chez les syndicalistes qui préparent des initiatives cet été et à la rentrée sociale.

Ce refus du gouvernement d'entendre le peuple conforte l'initiative des communistes de donner la parole, tout l'été et à la Fête de l'Humanité aux citoyennes et aux citoyens. Une consultation pour construire ensemble le mandat populaire incontournable en 2017 et qui nous garantira contre tout reniement.

La loi El-Khomri passe en force !

Cette fois-ci, il n'y aura pas eu même un début de discussion à l'Assemblée nationale sur la loi Travail. Le premier ministre a dégainé, sans attendre, le 49.3. C'est, pour la seconde fois, un coup de force d'une inacceptable brutalité. Face à une majorité dans la rue, dans  l'opinion publique et  au Parlement, le gouvernement, isolé, a fait le choix de se bunkeriser. La motion de censure de gauche, seule à même de mettre en échec la loi Travail à l'Assemblée nationale, a échoué. Il a manqué deux députés pour pouvoir la déposer. Et la droite n'a pas présenté de motion de censure, favorisant ainsi l'adoption d'une loi libérale avec laquelle elle est, sur le fond, d'accord.

Ainsi, grâce à l'arme anti-démocratique du 49-3, à l'abstention volontaire de la droite, au manque de courage d'une partie des députés socialistes, la loi travail va être adoptée malgré l'opposition majoritaire du pays et l'absence de majorité au parlement.

Le combat n'est pas terminé.

L'ensemble des syndicats et les organisations de jeunesse, mobilisés depuis 4 mois, ont tenu, après 12 manifestations, un meeting, le 6 juillet à Paris. « Nous reviendrons en pleine forme pour animer la rentrée sociale » a déclaré Philippe Martinez (CGT). « Nous ne baisserons pas les bras, y compris pendant l’été » a poursuivi Jean-Claude Mailly (FO). Fort de l'expérience du Contrat Première Embauche, adopté par l'Assemblée nationale en 2006, sous la présidence de Jacques Chirac et retiré ensuite, l'ensemble des dirigeants syndicaux a affirmé : «Le mouvement social ne va pas faiblir et d'ores et déjà des initiatives ont été décidées pendant l'été afin de préparer une rentrée puissante et offensive pour empêcher la mise en place de la loi. On lâche rien ».

Les parlementaires communistes resteront aux côtés des syndicats et des salariés mobilisés, pour mettre en échec cette loi néfaste et ce déni démocratique.

André Chassaigne

Président du groupe Front de gauche à l'Assemblée nationale

 

 

« Même si le texte est aujourd’hui adopté avec la complicité de la droite, qui en approuve la philosophie, nous continuons le combat contre la loi Travail. Je veux rajouter qu'en politique, à un certain moment, il faut faire acte de courage (...) même si on a sur la tête des menaces »

Que demande le peuple ?

 

Ce refus du gouvernement d'écouter le peuple, renforce l'initiative prise par le Parti communiste d'une Grande consultation citoyenne. Une consultation pour construire ensemble le mandat populaire incontournable en 2017 et qui nous garantira contre tout reniement. Parce que c’est aux citoyen-nes d’écrire la politique et que chacun a un bout de la solution, partout en France cet été, les militant-e-s communistes iront à votre rencontre, dans les quartiers, sur les marchés, les places et les plages, pour recueillir vos exigences, ouvrir des solutions face à la crise.

DONNEZ VOTRE AVIS

RENDEZ-VOUS SUR

lagrandeconsutlation.fr

Rendez-vous à la Fête de l'Humanité

 

La Fête de l'Humanité,  les 9-10 et 11 septembre, sera le point de convergence  de cette Grande consultation. Nul doute qu'elle sera aussi un des lieux où se fera entendre, avec force, l'exigence de retrait de la Loi Travail et les alternatives progressistes.