Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

La Ciotat. Prendre la mer pour ne pas couler l’emploi

Les élus communistes réaffirment au salon nautique le potentiel inexploité des activités liées à la mer. Plaisance populaire, tourisme , énergie et industrie sont, selon eux, encore trop en jachère.

Une délégation des élus communistes et républicains des Bouches- du-Rhône s’est rendue au salon nautique de la métropole, qui se poursuit jusqu’à dimanche au nouveau port de plaisance. L’occasion de rappeler quelques vérités sur le territoire désormais métropolitain, « sa vocation maritime » et des activités qui ne demandent qu’à être développées.

L’utilité du salon nautique ne fait guère de doute, affirment-ils à leur hôte du jour, Richard Latière, Conseiller municipal ciotaden et directeur de la Safim, co-organisateur avec le Grand Pavois des Nauticales. « Elle est en cohérence avec la ville, les chantiers navals et la filière nautique », résume d’un bloc Sylvia Bonifay (PCF), son homologue ciotadenne.

Potentiel maritime et débouchés économiques

La stratégie de développement du site ciotaden et sa reconversion en pôle de haute plaisance est un des sujets qui fait consensus. Richard Latière approuve à son tour et note au passage le moment « particulier et complexe » dans lequel s’inscrit cette édition, celui d’une « transition métropolitaine ».

Et justement, « il s’agit de cultiver nos richesses dans l’intérêt général », souligne, à son tour, l’Adjoint au Maire de Martigues, et cela demande « une forte impulsion, notamment en matière de formation ». « Le domaine maritime et ses activités sont sous-exploités », estime pour sa part Jean-Marc Coppola, « en termes de transports, de loisirs, d’industrie ou d’énergie. » La question devrait être longuement abordée, prochainement, lors du Conseil municipal extraordinaire de Marseille sur l’emploi et la formation. Quant à l’énergie, même si Florian Salazar-Martin fait valoir le projet d’éoliennes offshore au large de Martigues et de Fos, force est de constater que les expériences sont rares voire exceptionnelles. « Croisiéristes, industries nautiques et plaisance populaire sont autant d’axes de développement qui confirment la vocation maritime de tout le territoire », poursuit Marc Poggiale, à ceci près que « la plaisance doit être populaire, malgré une forte tendance à l’exclusion par l’argent », dénonce-t-il, entouré d’Élisabeth Perrenot-Marque et Paul Sabatino, respectivement élus de Septèmes-les-Vallons et du Rove.

Sylvain Fournier (La Marseillaise, le 9 avril 2016)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.