Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos Conseillers Généraux
 
 
 
 

Martigues. Le budget départemental soumis au vote

Cantons. Évelyne Santoru et Gérard Frau, Conseillers départementaux (PCF) ont tenu leur deuxième assemblée mercredi. Insertion, aide sociale, égalité des territoires, collèges : encore un effort.

Après Port-de-Bouc, où s’est tenue l’installation du premier Conseil de Canton, le vote du budget du Conseil départemental était l’objet (ou le prétexte, tant les interventions ont été variées) pour cette deuxième rencontre à Martigues. Si l’an dernier, le budget adopté était quasiment celui établi par le conseil général présidé par Jean-Noël Guérini, celui de cette nouvelle mandature sera de 2,6 milliards d’euros (un budget égal à celui du Conseil régional !), amputé de 35 millions d’euros dû à la baisse de dotation de l’État, « ce qui ne représente que 0,77 % du total » tempère Gérard Frau. Et de toute façon, le Conseil départemental n’a plus la compétence économique depuis le 1er janvier. Mais il sera bien estampillé Martine Vassal… et très à droite, si l’on en croit les premières décisions. La gratuité des transports pour les bénéficiaires du RSA (qui sont visiblement dans le collimateur) ne serait accordée que s’ils se déplacent pour chercher un travail. Sauf que, comme le constate Françoise Eynaud, « ils ont énormément de démarches administratives à faire. Et quand on est au RSA, c’est important de recouvrer une image positive de soi pour trouver un boulot ».

Sur les tablettes numériques non distribuées en septembre aux collégiens, il semblerait que la Présidente revienne sur cette décision : « si c’est le cas, nous approuverons. Car on sait très bien que dans certains foyers, c’est la seule solution pour avoir un ordinateur » explique Gérard Frau. Plusieurs intervenants ont d’ailleurs insisté sur l’état d’abandon des collèges, pourtant une des principales actions du Département : « il n’y a plus de vice-présidence. On a juste un délégué qui a aussi d’autres missions. On ne sait plus à quel saint se vouer, le personnel et les techniciens sont complètement désorganisés » déplore un principal.

Gérard Frau et Évelyne Santoru expliquent qu’ils voteront contre le budget : « La compétence première, essentielle, sans laquelle le Département n’existerait pas, c’est l’insertion, la solidarité et l’égalité des territoires. Comme par hasard, c’est là qu’il y a le plus de coups de rabots. Ça justifie amplement notre position », précise le Conseiller départemental. L’autre point critique, c’est l’emprunt. Chaque année, le département investit 500 millions d’euros, dont la moitié est autofinancée et l’autre moitié en prêt. Ce qui fait une dette de 300 euros par habitant pour les Bouches-du-Rhône, à comparer aux 850 euros par habitant dans le Var et 900 dans les Alpes Maritimes. « Aujourd’hui, on découvre que Martine Vassal veut investir 300 millions dans les transports, et ce sans concertation, alors que sous Guérini, elle s’indignait du montant de la dette, qu’il fallait absolument baisser ! Aujourd’hui, elle est de 600 millions. En 2018, elle sera de 1,150 milliard ! Soit quasiment le double ! Pour nous, l’envolée de cette dette est incompréhensible » concluent les deux élus.

Nathalie Pioch (La Marseillaise, le 25 mars 2016)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.