Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda National

Agenda de la fédération



L'agenda des Sections



Flux rss

 
 
 

Aix-en-Provence. Face à la violence, la résistance citoyenne

Démocratie. Un rassemblement contre les violences de l’extrême-droite est organisé samedi prochain à Aix. La ville est devenue la cible d’exactions d’Action Française, dont la dissolution est demandée.

Les faits nombreux sont graves, violents, indignes des valeurs d’une République mais se succèdent pourtant en toute impunité à Aix où la majorité politique de droite prétend avoir pour fer de lance, la question sécuritaire. Agressions physiques, verbales, dégradations de lieux, passages à tabac, menaces… Une longue liste d’exactions inadmissibles commises depuis quelques mois par les membres virulents d’Action Française, liés au FN, qu’un collectif d’associations, syndicats, partis politiques et citoyens, de plus en plus élargi, est déterminé à combattre et à dénoncer, lors d’un rassemblement samedi prochain pour « Les libertés et la démocratie ».

Le FN est de la même famille

Hier, lors de la présentation de l’imminente action, unie, Michel Piolat de la ligue des Droits de l’homme, analysait : « On a ici tous les signes du regain d’activités de la part des membres royalistes d’Action Française. Une résurgence liée au succès électoral du FN, sa vitrine "légale", dans une nébuleuse extrême. Le FN appartient à la même famille, avec pour ne citer que ça, des candidats d’Action Française présents aux dernières départementales en binôme avec le FN ». Il ajoute : « Il s’agit là de la même expression diversifiée, de la même tendance politique qui existe depuis longtemps et ressurgit sur fond de chômage dans un terreau fermenté avec des facteurs identitaires argués pour diviser et semer la peur »

Les nombreuses plaintes déposées au commissariat -plus d’une dizaine- se multiplient en vain. « Aucune réponse ou suite n’a été donnée à aucune d’elle », précise les membres du collectif (LDH, Parti communiste, Parti Socialiste, Parto Occitan, EELV, Résister aujourd’hui, CGT, FSU, Ensemble !, CFDT…), qui sont unanimes sur la demande de « dissolution de l’Action Française ». D’autant, précise Hérvé Guerrera (élu PO à Aix), que le groupuscule est doublement illégitime car « déjà dissous le 9 février en 1936 ». Et si le silence de la justice tout comme celui de la majorité municipale (PR), non solidaire et dont la police est toujours absente sur ce terrain, interpellent dans un pays de libertés et de droits… Celui du gouvernement à qui le Député socialiste a relayé la demande de dissolution par lettre, est encore plus inquiétant : « Aucune nouvelle à ce jour non plus du ministère », déplore Cyril Di Méo. Samedi, le rassemblement prévu entend rappeler ces valeurs chères de démocratie.

Houda Benallal (La Marseillaise, le 15 mars 2016)

Un calendrier d’exactions supervisé en amont

La liste des agressions d’Action Française est longue et non exhaustive si l’on compte les intimidations, menaces et insultes proférées par ses membres.

Il y a plus d’un an, un commando d’extrême-droite pénétrait au local du PCF aixois, agressant de jeunes militants communistes, dégradant les lieux et échouant dans sa tentative d’incendie… Le 12/09/2015, les fanatiques d’extrême-droite rompaient le cercle du silence aux allées provençales… Le 02/12/2015, les activistes fascistes faisaient irruption dans une conférence du PS sur la montée de l’extrême-droite à l’IEP d’Aix… Le 25/01/2016, les extrémistes d’AF envahissaient les vœux du Député Jean-David Ciot, dégradant l’entrée, passant à tabac plusieurs per- sonnes, dont l’attaché parlementaire et menaçant de mort le Député… Le 30/01/2016 une poignée de militants identitaires avec à sa tête le leader d’AF, manifestait le jour de la date anniversaire d’Hitler au pouvoir (1933) encadré par la police aixoise… Le 6/02/2016, les propagandistes commémoraient à Roquevaire les manifestations sanglantes de 1934 qui avaient fait 15 morts par les ligues nationalistes qui tentaient de renverser la République… L’AF, un groupuscule dont la vision « ne se résume pas à une simple prise de position royaliste, mais est d’abord un rejet violent de la démocratie, de la République et de tout ce qui s’y rapporte » évoque le philosophe aixois André Koulberg, rappelant les propos de Charles Maurras (une référence pour l’AF), dans sa définition « anatomique » de la démocratie : « Oui, te voilà Démocratie! épais arrière-plan et croupe mystique, grave accumulation de ce poids de bassesses qui te tirent à chaque instant un peu plus près de ton élément naturel ! »

Houda Benallal (La Marseillaise, le 15 mars 2016)

Repères

Plus d’une dizaine d’agressions. En quelques mois, les agressions par les membres d’Action Française, se sont multipliées à Aix. Malgré les plaintes (plus d’une dizaine) et les jours ITT (le directeur du théâtre d’Aix a eu 4 jours, l’attaché parlementaire de Jean-David Ciot, 2 jours), aucune suite n’a été donnée aux recours.

Demande de dissolution. Dans un courrier adressé au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve le 4/12/2015, le Député socialiste Jean-David Ciot menacé de mort par l’AF, demandait la dissolution du groupuscule Action Française, évoquant « le radicalisme, la haine que ses membres véhiculent, la récurrence de ses dérives sectaires, etc… ». Pas de réponse à ce jour.

De son côté, le collectif aixois pour le rassemblement et la défense de la démocratie, exige également et depuis longtemps cette dissolution : « Ces mouvements violents s’attaquent à la République et aux libertés. Nous refusons leurs discours antirépublicains, racistes et antidémocratiques... Nous refusons ces pratiques qui rappellent des heures sombres de notre histoire »

La Marseillaise, le 15 mars 2016

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.