Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

Transports. Région et SNCF interpellées sur la gare de Miramas

Des TER sont supprimés ou remplacés par des cars durant les vacances de février. Une lettre ouverte d'élus et de cheminots a été adressée à Christian Estrosi et à la compagnie ferroviaire.

Décidément, les initiatives sur la question ferroviaire dans le département se multiplient. Après la journée « gares mortes » sur la ligne de la Côte bleue, et l’action du collectif « Le train, un investissement d’avenir », Gaëtan Fernandez, Adjoint (PCF) au Maire de Miramas (Frédéric Vigouroux), Daniel Higli, Conseiller municipal chargé des transports, et Marcel Alméro, responsable du collectif Cheminots PCF, ont décidé d’adresser une lettre ouverte à Christian Estrosi, Président de la Région, et à M. Bru, directeur régional de la SNCF.

« Les usagers de la gare de Miramas ont eu la mauvaise surprise de voir qu’un certain nombre de TER ont été supprimés ou remplacés par des cars pour "des difficultés d’exploitation»", et cela pour la durée des vacances scolaires de février », constatent-ils.

Un nouvel épisode de la dégradation du service public ferroviaire dénoncé par bon nombre d’usagers, des élus et les syndicats de cheminots.

« La Direction SNCF, avec l’aval du Conseil régional, a allégé le plan de transport pour une simple raison : le manque de personnel et de matériel », soulignent les trois signataires qui pointent les incidences pour les usagers de Miramas. « Les dessertes vers Marseille, Arles, Avignon, Cavaillon se retrouvent dégradées et nos populations pénalisées, des cars sont mis à la place des TER pour desservir Marseille via la Côte bleue avec des temps de parcours aggravés, sachant que certaines gares ne sont pas accessibles par car (Niolon) », précisent-ils.

« Du jamais vu »

Pour Gaëtan Fernandez, Daniel Higli et Marcel Alméro, « pendant deux semaines, la continuité du service public ferroviaire ne sera pas assurée par manque de moyens : c’est du jamais vu ». Cette nouvelle difficulté s’ajoute aux retards de trains et autres dysfonctionnements, alors que « la métropole marseillaise et notre région dans son ensemble souffrent de congestion autoroutière et de pollution », poursuivent les signataires. Selon eux, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur « dispose du plus petit réseau linéaire de voies ferrées par habitant en France. Au lieu de limiter le service public ferroviaire, c’est l’inverse qu’il faudrait faire : le développement du rail, tant voyageur que fret, doit être une priorité de la Nation et de nos collectivités ».

La lettre ouverte plaide pour l’amélioration des dessertes, l’augmentation du nombre de trains et de places assises et la mise de place « des moyens nécessaires pour avoir des trains à l’heure ». A défaut de maintien du service, les signataires assurent qu’ils agiront « avec les populations pour que les engagements soient tenus ».

Jean-François Arnichand (La Marseillaise, le 11 février 2016)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.