Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

Goodyear. La campagne de soutien met la gomme

Rassemblement aujourd’hui à Marseille à 14h au rond-point du Prado, avec l’appui de comités locaux.

A jugement hors norme, réactions hors norme. Une journée d’action se déroule aujourd’hui, en soutien aux 8 ex-salariés de l’usine Goodyear d’Amiens, condamnés à de la prison ferme le 12 janvier dernier par le tribunal correctionnel, pour avoir retenu pendant 30 heures deux membres de la direction de l’usine, sans violence, deux ans auparavant.

Et cette sentence, dont les salariés vont faire appel, a mis le feu aux poudres. « Un peu partout en France des comités de soutien, des collectifs sont en train de se constituer pour dénoncer cette attaque frontale à l’action syndicale », souligne Lina Chocteau, la coordinatrice d’Attac La Ciotat. Le collectif ciotaden, lancé il y a quelques jours sur l’initiative du PCF est déjà composé d’une dizaine de structures, partis politiques (PCF, Ensemble, PG, EE-LV, NPA), syndicats (CGT et FSU) et associations : secours populaire, Attac ou encore la Ligue des Droits de l’Homme. « C’est une injustice », poursuit Martine Cuccaroni, la Présidente de la LDH Aubagne-La Ciotat, « nos aïeux se sont battus pour obtenir le droit de grève, et les droits syndicaux… cette décision tend à discriminer, discréditer et criminaliser l’action syndicale », poursuit-elle. « Nous avons aussi pensé à ce que l’on avait vécu avec les chantiers », reprend Daniel Debrois, le représentant de l’antenne locale du secours populaire. « Cela nous semble dément de condamner des gens à de la prison ferme parce qu’ils veulent travailler, parce qu’ils se battent pour leur usine, parce qu’ils veulent vivre dignement et normalement… ce n’est pas humain », estime-t-il. « Nous imaginons fort bien ces ouvriers, inculpés, condamnés, et leur famille en plein désarroi. » Une situation qui tranche avec celle des « patrons-voyous » dont l’impunité n’est que plus flagrante, à chaque vague de licenciement au seul bénéfice de leurs actionnaires…

Le syndicalisme attaqué sur tous les fronts

« Il est logique et indispensable », selon Mariann Chrétien, enseignante et syndicaliste de la FSU de « se regrouper pour faire entendre, non plus seulement notre mécontentement, mais notre écœurement ». Que ce soit « dans la fonction publique ou dans le privé, les salariés sont attaqués de toutes parts », et la condamnation des 8 de Goodyear « participe à la fragilisation à la fois l’action syndicale, mais aussi l’engagement des citoyens dans celle-ci ». De son côté, Elsa Cayron, la Secrétaire de section du PCF ciotaden, qui a appelé à la création de ce collectif, n’avait pas manqué de mettre à l’index « la remise en cause du code du travail » par le gouvernement, au prétexte de réforme. Un tout, auquel devront faire face non seulement les salariés directement incriminés, mais l’ensemble des acteurs progressistes. Les Ciotadens feront un premier rassemblement ce matin à 11h, devant l’union locale CGT de La Ciotat avant de rejoindre le rendez-vous fixé à 14h, au rond-point du Prado, à Marseille.

La Marseillaise, le 4 février 2016

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.