Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > International
 

Dans l'agenda



Flux rss

 

Maison méditerranéenne des drots de l'homme
34, cours Julien
13006 - Marseille

Vendredi 29 janvier à 18h

L’offensive menée par le Gouvernement Turc à l’encontre des populations kurdes dans le sud-est de la Turquie a pour seuls objectifs faire taire la voix du peuple kurde à tous jamais et vider la région de sa population.

« Vous allez finir comme les Arméniens », ces propos émis par le Maire AKP de la ville d’Adana traduisent la volonté génocidaire du Gouvernement Erdogan.

Depuis deux mois, une guerre totale est orchestrée à l’encontre du peuple kurde, de nombreuses villes sont placées sous couvre-feu, des quartiers entiers sont assiégés, des femmes, des enfants et personnes âgées sont tuées quotidiennement, de nombre civils victimes des opérations meurtrières des soldats et des policiers ne peuvent recevoir de soins faute d’hôpitaux ouverts.

La démolition des habitations, la fermeture des écoles, la destruction massive des bâtiments par des armes lourdes, l’effondrement de l’économie et des services publics, les manques d’eau, d’électricité, de nourriture… forcent à l’exode des milliers de personnes.

Si l’Europe ne contraint pas la Turquie à reprendre les pourparlers de paix avec les représentants de l’opposition kurde et les forces militaires du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), elle va devoir faire face à une vague de réfugiés sans précédent.

Les médias sont censurés, les intellectuels poursuivis pour "propagande terroriste", nombre de journalistes, élu(e)s, militant(e)s, avocats, syndicalistes, représentants associatifs… sont jetés chaque jour dans les geôles turcs, torturés et emprisonnés sans procès pour avoir critiqué la politique gouvernementale.

De plus, la Turquie s’est engagée auprès de l’OTAN dans la coalition pour combattre Daech en Irak et en Syrie, mais elle ne fait rien.

Pis, elle concentre ses forces militaires sur la population kurde, reconnue pour être les alliés les plus efficaces de la coalition anti-Daech.

En raison de négociation sur la crise des réfugiés ou d’enjeu économique important, la France et l’Union Européenne ferment les yeux sur ces graves violations des Droits Humains perpétrés par le Président Recep Tayyip Erdogan, et ce contre les traités internationaux signés par la Turquie.

Aujourd’hui, ces actes sont commis à l’encontre de tout un peuple dans l’intention de le détruire.

Force est de constater qu’un massacre prémédité est en cours, sous le silence assourdissant de la communauté internationale.

Un génocide commence par le silence du monde
Ensemble brisons ce silence !

A l’ordre du jour :

  • Exposé de la situation.
  • Résumé du colloque à Paris « Les crimes politiques et la quête de justice, vus à travers les assassinats à Paris, le 9 janvier 2013, des militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez » organisé à l’AN.
  • Réflexions et propositions à la mise en place d’un canevas d’initiatives.