Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 
 
 
 

PCF. De cette France qui ne se résigne pas

Pierre Dharréville présentait hier les vœux de la fédération des Bouches-du-Rhône.

Débutés et conclus par les vers du poète communiste turc Nâzim Hikmet, les vœux de Pierre Dharréville, le Secrétaire départemental du PCF, se voulaient hier en rupture avec la morosité ambiante. « Cette année, j’ai beaucoup entendu des vœux un peu profil bas, un peu genre "bonne année quand même" comme si les ombres de 2015 devaient obligatoirement nous poursuivre », lance le responsable communiste, convaincu qu’il n’y a pas lieu de se souhaiter « surtout la santé -même si c’est important- mais comme si nous étions impuissants sur tout le reste ».

Au contraire, pour lui il n’y a pas de fatalité, à commencer par la condamnation des Goodyear. « Nous ne laisserons pas enfermer nos camarades qui résistent à la violence de la finance et du capitalisme », martèle-t-il en présence d’un salarié de l’entreprise qui prendra la parole, la voix cassée par l’émotion.

Saluant la résistance du peuple kurde face à Daech, Pierre Dharréville fustige « les discours guerriers du Président de la République » et affirme : « Nous ne sommes pas de cette France qui contourne l’ONU et appuie sur l’accélérateur de l’Otan. Nous sommes de cette France qui porte la paix non pas comme un vœu pieu mais comme une construction politique. » Pour le communiste, « une part de nous reste accrochée à ceux qui ont péri sur le sol de Paris, de Montrouge mais aussi de Beyrouth, Istanbul, Diyarbakir ou encore de Tunis ». Il l’assure : « Agir contre le terrorisme, c’est surtout s’attaquer aux causes qui ont engendré cette monstruosité car c’est bien une créature de notre monde. »

« L’urgence elle est sociale et démocratique »

Refusant de « s’aventurer sur les chantiers crépusculaires de la déchéance de nationalité défrichés par l’extrême droite », Pierre Dharréville insiste : « L’urgence elle est sociale et démocratique. »

Révulsé par les dernières déclarations du Ministre de l’Économie, il lance : « Pour qu’Emmanuel Macron comprenne bien de quoi il parle, menons-lui la vie dure. » Le communiste en a la conviction : « Nous voulons faire exister la gauche et cela, ni François Hollande, ni Manuel Valls, ni Emmanuel Macron ne sauraient le faire. Leur échec est patent, qu’ils se retirent. Oui nous voulons les faire renoncer, car c’en est trop ! Nous voulons pour la présidentielle et les législatives ouvrir un nouveau chemin. »

Pierre Dharréville croit en une « dynamique du bien commun » à même de « résister à l’ordre libéral et de chasser l’ombre de l’extrême droite » car « sous l’écorce des idées dominantes, il y a bien souvent la sève des idées généreuses », assure-t- il. « Dans chaque force des personnes s’interrogent et sont en recherche », avance Pierre Dharréville, tout l’enjeu de la période pour lui est de les rassembler.

Léo Purguette (La Marseillaise, le 26 janvier 2016)

À savoir

Philippe Dufaux (Goodyear). « Cette condamnation, c’est énormément de souffrance merci pour votre solidarité. »

1.936. Les communistes des Bouches-du-Rhône préparent cette année l’anniversaire « des conquêtes du Front populaire qui ont été imposées par les luttes sociales et les occupations d’usines ».

La Marseillaise, le 26 janvier 2016

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.