Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Bienvenue à la Fédération des Bouches-du-Rhône du Parti Communiste Français

280, rue de Lyon
13015 - Marseille
T. 04.95.05.10.10
F. 04.91.58.57.24
- contact@pcf13.fr
- Facebook
- Twitter
- Instagram
- YouTube

LA SOUSCRIPTION

La presse

PARTI PRIS

& SERVEZ-VOUS EN TRACTS

LE FIL ROUGE NATIONAL

 
 
 

Déclaration de Pierre Dharréville suite au 2ème tour des élections régionales

Une seule question était posée aux électeurs à l’occasion du deuxième tour : acceptez vous de voir l’extrême droite diriger la Région PACA ? Ils ont répondu «non» parce que ce parti divise et que son projet ne rassemble pas une majorité. Nous l’avons souhaité ; et c’est une bonne chose pour la région. Mais le résultat est là, au bout de la séquence électorale, la droite a gagné en PACA et la population va le sentir passer.

Au premier tour, dans un vote clairement national, la politique gouvernementale a été durement sanctionnée, à la hauteur de la colère et des désillusions qu’elle a provoquées. Cette politique est plus que jamais minoritaire dans le pays. 

Le regain de mobilisation électorale s’est produit au deuxième tour, au moment où le choix démocratique est le plus restreint. Cela montre que le ressort du vote supplémentaire est le sursaut. Mais jusqu’à quand ?

Ces élections marquent donc le franchissement d’un nouveau stade dans la crise politique de notre pays avec une gauche qui dirigeait la région hier et n’y sera plus représentée désormais. Dans tout le pays, la gauche est en lambeaux. L’abstention est toujours massive et le vote d’extrême droite progresse au point d’approcher la majorité absolue des suffrages exprimés. Notre démocratie est malade et la poussée d’extrême droite en est l’un des symptômes. Le FN qui se présente comme un parti anti-système en est,en réalité, la créature. 

Cette situation est profondément grave. Elle est le signe d’une société en panne, en dépression, en repli. 

Ce n’est pas une surprise. Voilà longtemps que les ingrédients sont là. Mais le choc dont on a parlé dans la presse doit devenir un électrochoc.  Ce résultat appelle une réaction de gauche pour reconstruire des perspectives et en finir avec les politiques libérales, austéritaires et autoritaires qui sont le contraire de la gauche, désespèrent notre peuple et pèsent sur son quotidien. Ce résultat appelle le surgissement de mobilisations sociales et citoyennes qui remettent la société en dynamique, vers l’avenir. Il appelle notre peuple à refuser la mainmise des forces de la finance sur les choix politiques, car c’est bien le capitalisme en crise qui deshumanise et détruit ce que nos sociétés peuvent construire de meilleur. Il appelle une refondation de la République, une République commune, une République pour toutes et tous, une République qui redevienne propriété populaire.

Ici, en PACA, nous n’avons pas attendu pour entrer en résistance, contre la droite et l’extrême droite qui vont se retrouver dans un tête à tête mortifère à la Région.

Bien des questions sont sur la table pour refaire de la politique un objet d’enthousiasme et de mobilisation populaire pour l’avenir. Mais nous sommes convaincus qu’il existe dans notre société les ressources et les énergies pour inventer demain et le construire autrement. Pour recréer de l’espoir à vivre et à partager.

Dans cette situation, les communistes sont plus déterminés que jamais à agir avec toutes les forces disponibles pour contrer les mauvais coups, imposer d’autres thèmes, et un autre agenda politique que celui des forces de régression.

Pierre Dharréville
Secrétaire du PCF 13

Il y a actuellement 0 réactions

  • Elections régionales et futures

    Bien que j'ai été partisan du rassemblement de la gauche avec un grand G, je suis de plus en plus inquiet de nos choix politiques En effet chacune de nos alliance nous ont amené à perdre des électeurs.Depuis l'union de la gauche en 1974 (je crois). n'a fait que de diminuer le nombre de nos électeurs. On a peu à peu lâcher notre présence de terrain pour de la politique politicienne. Notre première participation au gouvernement en 1981 a entraîner des erreurs d'appréciation sur le ressentit des ouvriers et employés.La gauche politique a décidée de se taire pour ne pas gêner le premier gouvernement de gauche.Mais le monde du travail souffrait déjà. Nous avions des élus au gouvernement. Et 1983 avec la première rigueur et malgré le départ des ministres communistes, a eu de lourdes conséquences. L'inversement de l'indexation des salaires a été la première grosse atteinte au monde ouvrier et mis en place par nos "amis" au gouvernement. La volonté de faire une grade Europe pacifique a fait place à un projet qui aboutira sur l'ignominie d'une Europe à la solde du monde de la finance et par l'intermédiaire des Lobbyistes. Afin de rembourser la fameuse dette, pur soit-disant la diminuer, nous avons commencer à privatiser nos joyaux, nos entreprises publiques. Nous n'avons pas réagi comme il aurait fallu. Pour la majorité de nos concitoyens, nous sommes co-responsables.Car nous avons été les alliés du PS. Actuellement nous nous allions plus oou moins réguliérement avec les écologistes qui se disent de gauche. seuement toutes les lois écologiques qui sortent permettent au riche de pouvoir payer et aux petits de subir. Comme les lois sur la transition écologique concernant l'acces des véhicules à Paris et aussi dans d'autres grandes villes. Or les véhicules les lus anciens sont les plus pollueurs. Mais allez dire à un ouvrier au smic et parfois moins (temps partiel et autre travail précaire) de faire un crédit à taux zéro. Il n'a pas de quoi le payer. Et directement ou indirectement nous sommes associés par le front de gauche aux écologistes. Les villes se sot crées autour du travail et du commerce. On a chassé le travail de ces villes, puis on a aménagé des espaces piétons rendant l'accés ds villes au peuple compliqué voir impossible. Ceci faisant place à des loyers elevés que le peuple ne pouvait pas supporter. Ainsi la misère et la colère est née. La France a vendu son savoir faire à d'autres pays, mais aussi nos usines qui fabriquaient en France ont fabriqué ailleurs. Tout cela nous y étions liés de gré ou de force, parce que nous nous étions alliés à des libéraux pour prendre le pouvoir à la droite. Certes ils ne sont pas Xénophobe ou raciste..;Et encore des fois je me pose la question. Les socialistes, même les plus correctes localement ont rarement exprimer publiquement leur désaccord avec la politique du gouvernement. Et on nous propose de nous allier avec ceux qui par leur silence soutienne des traîtres au peuple. C'est là que le parti communiste perd des voix. Certes on pourra toujours dire les médias nous donnent pas la parole. C'est vrai. Mais sur le terrain ne nous allions plus avec ceux qui nous trahissent. Cependant, je ne suis pas capable de mener ce combat. Plus le courage, plus la volonté de renoncer à ma vie privée. Donc je respecte les décideurs. Mais réfléchissons à ce qui nous a fait perdre de la crédibilité plutôt qu'à comment prendre le pouvoir. Car ce n'est pas nous qui devons prendre le pouvoir, mais le peuple pour des idées qu'il fera sienne.

    Par Patlereb, le 14 December 2015 à 21:21.

  • Appeler à voter pour ses

    Appeler à voter pour ses adversaires politiques qu'on n'a jamais cessé de dénoncer et de combattre est déjà piteux !

    Mais oser appeler à voter pour Estrosi qui finance Israel et sa politique criminelle envers les Palestiniens est tout simplement honteux !

    Eh bien, ce Dimanche 13, non seulement je n'ai pas voté Estrosi (cela va de soi), mais j'ai tout fait pour le faire échouer en n'hésitant pas une seconde à voter contre lui !

    Par citoyen13, le 13 December 2015 à 22:36.

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.