Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Agenda de la fédération



L'agenda des Sections



Flux rss

 
 
 

Martigues. Le capital d’idées

Industrie. Salariés et délégués syndicaux témoignent des alternatives proposées pour la sauvegarde de leur outil de production, en clôture du festival « J’ai une gueule d’industrie... et alors ? »

Des délégués syndicaux CGT ont apporté samedi matin leur témoignage dans le cadre du festival « J’ai une gueule d’industrie… et alors » lors d’une matinée consacrée à ceux qui « ont dit non ». Un « non » constructif. Un refus plutôt, de voir par exemple « verser 30 à 40 millions par an de dividendes aux actionnaires d’Ascometal » indique Christian Pantoustier, délégué CGT du site de Fos ; de voir rayer d’un trait de plume le site de Total la Mède au prétexte que « les grandes entreprises de raffinage préfèrent déserter la France afin de s’extirper du cadre légal et environnemental » comme l’explique Fabien Cros, délégué du CE de Total, ou bien assister au démantèlement de « son outil de production et des emplois » inhérents comme à Fralib, se rappelle Henri Soler

Un refus assorti à chaque fois d’un énorme travail d’études de perspectives, d’analyses de bilan, de négociations, avec les dirigeants, les collègues, les institutions, les collectivités territoriales. Pour faire entendre, à chaque fois, la nécessité de maintenir ses emplois industriels dans la région ou en France. « Ce sont les salariés qui travaillent à l’indépendance énergétique de la France ! » stipule Fabien Cros, « un pays sans industrie c’est un pays qui se meurt, elle permet de structurer un pays » poursuit Marc Bastide de la Fédération de la Métallurgie. De cette structure, l’activité portuaire en donne un bon exemple, « Altéo, à Gardanne, qui importe sa bauxite, fournit 3.500 journées de travail sur les docks », constatent Serge Coutouris, délégué des dockers du golfe Fos, Saint Louis, « c’est 1.200 journées, aussi nous sommes très attentifs et vigilants au devenir de ces entreprises » souligne-t-il. Faudrait-il encore « ne pas abandonner la formation professionnelle, le patronat a arrêté depuis 30 ans. Et que font certains jeunes sans formation ni perspective sinon se tourner vers l’économie parallèle ? » questionne le métallo.

Les alternatives

Pourtant les alternatives ne manquent pas, à l’instar du « projet phœnix » présenté par les salariés et la CGT de l’entreprise Kem One, portant sur un financement croisé pour une relance à long terme, ou la création de la Scop-ti des ex-Fralib afin de sauvegarder leur outil de production et devenir indépendant de la multinationale. Car aux « conflits sociaux » et aux « rapports de force » aussi inévitables que « nécessaires » s’ajoutent les alternatives et propositions mises sur la table par les salariés eux-mêmes. « La forme 10, du port de Marseille, c’est une revendication de 25 ans, alors que certains voulaient boucher la forme pour y construire un hôtel...» rappelle le métallo. A Air-France, « les débouchés existent, il y en a au Sud de l’Europe et au Maghreb » souligne à son tour Aimé Musto. « Nous ne nous opposons pas à la modernisation de la raffinerie mais nous ne voulons pas de table rase ! » stipule Fabien Cros.

Quant aux dockers, ils travaillent à « un projet de démantèlement de navires à Port de Bouc. Les salariés portent seuls la politique industrielle et écologique de la France, et il est temps de prendre conscience que le potentiel de développement économique est à l’intérieur des entreprises » conclut Serge Coutouris.

La Marseillaise, le 29 novembre 2015

Avis de tempête

Philippe Martinez, le Secrétaire général de la CGT était ce samedi à Martigues, pour faire un point de la situation avec les différents délégués départementaux et locaux, à la veille de la journée nationale d’action de ce mercredi 2 décembre. « Ce mercredi, c’est aussi le jour où "les 5 d’Air-France" passeront devant le tribunal, c’est l’occasion de manifester notre soutien et de dénoncer les violences patronales que nous subissons depuis de trop longs mois » lance Olivier Mateu, le Secrétaire départemental de la CGT 13. « Nous payons cher les décisions prises par le gouvernement et le patronat qui n’ont que pour objectif de satisfaire les actionnaires, et nous ne l’acceptons pas ! » conclut-il avant de laisser la parole à Philippe Martinez. « La situation d’Air France est à ce titre emblématique : réprimer plutôt que de discuter des alternatives que les salariés et la CGT portent. Beaucoup d’entreprises peuvent se reconnaître dans le cas Air France. » Pour rappel, « la direction a annoncé 3.000 suppressions de postes, 5.000 autres sont à venir. A Marseille, il s’agit de supprimer 170 équivalent temps pleins » précise Aimé Musto, délégué national CGT des personnels d’Air-France.

« Nous sommes dans un contexte particulier, en état d’urgence, certes, en tant que citoyens nous sommes affectés - la famille CGT a perdu 3 des siens au Bataclan » stipule Philippe Martinez. Ceci dit « les problématiques d’avant le 13 novembre sont toujours là ». D’ailleurs, « les problèmes sociaux (chômage, misère) sont un des terreaux qui favorise ceux qui commettent de tels actes terroristes » selon le Secrétaire général. Et de rappeler l’importance de « l’intégration par le travail car normalement, le travail, -dans des conditions décentes- s’effectue au sein d’un collectif, où l’on parle, discute, crée des liens, des solidarités ». Le mouvement de grève à Air France, « devrait être suivi à hauteur de 80% » selon la CGT…

La Marseillaise, le 29 novembre 2015

Au fil des rencontres

Marcel Croquefer, CGT Dunkerque. La raffinerie de « l’après Pétrole », Marcel Croquefer, de l’union locale CGT de Dunkerque y croit dur. Un film de quatre minutes projeté sur le grand écran de la salle du Grès et voici présenté un processus permettant de redonner une nouvelle vie à l’ancienne raffinerie de Total. Malgré un combat de longue haleine et « une action juridique qui s’est soldée par un succès » pour les salariés, l’entreprise n’a jamais rouvert. Le principe exposé est simple, « et d’avenir », il s’agit de transformer la raffinerie des Flandres en site de production d’hydrogène, « par électrolyse ». grâce aux cinq éoliennes dont est équipée l’usine, et le savoir-faire des anciens salariés. « L’hydrogène peut être stocké et alimenter voitures, bus, logement ». « Cette initiative s’inscrit dans la dynamique de l’après-pétrole… » souligne l’orateur, si les grands groupes pétroliers font officiellement la sourde oreille à cette innovation, Marcel Croquefer constate tout de même que « Total a récemment débuté un projet basé sur cette technologie à l’aéroport de Berlin ». De nombreuses démarches ont été également faites auprès des différents ministères pour défendre cette idée, synonyme à la fois de réindustrialisation et d’énergie propre, et qui tombe à point nommé en ce début de COP 21…

Jean-Marie Valentin, avocat d’affaires. Il connaît sur le bout des doigts les « dossiers » de Kem One, Pétroplus ou Liondel-Basell pour avoir été l’avocat des salariés. La viabilité d’une entreprise ou d’une sauvegarde dépend d’un principe : l’alignement des intérêts des parties prenantes. Étant entendu que « s’aligner sur les seuls intérêts de l’actionnaire est une erreur, puisque celui-ci n’a que pour principale ambition de faire de la plus-value ou d’améliorer sa situation au niveau d’un groupe ». Un alignement qui s’effectue selon deux points : « l’intérêt social de l’entreprise et l’impact de la société sur son marché ». Dans chaque statut, il y a l’objet social de la société. « Et je n’ai jamais vu comme objet : faire la fortune de ses actionnaires » constate-t-il. Ensuite, « il faut que la société ait un marché. Et si un projet remplit ces deux critères, il doit fonctionner ». Reste à faire reconnaître « la légitimité » dudit projet, lorsqu’il est notamment défendu par les salariés et leur syndicat. Une nécessité d’autant plus impérieuse que « la situation évolue vite, aujourd’hui, avec l’ANI, la négociation et l’expertise durent 4 mois maximum. Et c’est une véritable course contre la montre » conclut- il. Un délai qui ne permettrait plus aujourd’hui aux ex-Fralib de maintenir la pression sur 1336 jours et de déboucher sur la création de leur scop.

La Marseillaise, le 29 novembre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.