Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Dans l'agenda

L'agenda



Flux rss

 
 
 

Alain Bolla. « Travailleur de l’État, un statut en extinction »

Coup de projecteur sur un thème de campagne par le responsable varois du PCF et Conseiller régional sortant.

Conseiller régional sortant (PCF), le Varois Alain Bolla ne devrait pas être de la prochaine assemblée de Provence-Alpes-Cote d’Azur. L’homme qui soutient naturellement la liste Front de Gauche/Europe Écologie-Les Verts n’en demeure pas moins actif quant aux thèmes qui agitent la campagne électorale. C’est sur la question des travailleurs de l’État qu’il se penche aujourd’hui. Un sujet d’actualité quand on regarde le poids de l’activité « Défense » notamment dans le Var, fortement concernée par les diverses menaces qui pèsent sur le statut de ses salariés. Entretien.

La Marseillaise. Qui sont ces salariés qui possèdent le statut de travailleur d’État ?

Alain Bolla. L’essentiel des salariés ayant ce statut se trouvent dans les établissements militaires et les hôpitaux des armées. Ce sont des personnels civils qui sont au service de l’armée française pour la construction, la réparation, la maintenance, la logistique, les infrastructures, la santé, dont la France a besoin pour ses armées. Ils assurent donc de véritables missions de service public et leur statut issu de longues luttes d’après-guerre, garantit la stabilité, l’efficacité et l’indépendance nationale. C’est un statut particulier basé sur une somme de décrets que tous les gouvernements qui se sont succédé ont tenté de modifier, réformer, abroger sans succès, même s’ils y ont porté des coups, car les nombreuses luttes ont toujours été des remparts !

La Marseillaise. Vous estimez que ce statut est en danger…

Alain Bolla. Aujourd’hui, avec un effectif très réduit, le statut des travailleurs de l’État est fragilisé, le Premier ministre veut lui donner le coup de grâce et avec lui les personnels actifs mais aussi les retraités. Dans une note à ses syndicats, la Fédération nationale des travailleurs de l’État CGT indique qu’elle a eu une rencontre avec la directrice de cabinet de Manuel Valls, le 5 octobre, au sujet du statut des travailleurs de l’État. Pour Matignon c’est clair, ce statut est en extinction et les salariés restant rentreraient dans un « quasi statut » dépendant de l’article 36 de la loi Sauvadet, c’est-à-dire que la retraite serait calculée sur les 25 meilleures années au lieu des six derniers mois. Ce serait de fait une diminution très importante du niveau de retraite pour des dizaines de milliers de personnes. L’objectif étant une mise en application au 1er janvier 2016. D’autre part, l’évolution du statut juridique des établissements de l’État n’a comme seul objectif de se donner les moyens de réaliser des alliances capitalistiques pour se placer sur le marché de l’armement et réaliser de fabuleux profits.

La Marseillaise. En quoi la région Paca est-elle plus concernée par cette réforme ?

Alain Bolla. La région Paca est fortement concernée par cette situation. Les établissements de la Défense sont au cœur de son développement économique et social. Sur le fond le gouvernement s’emploie à avancer sur la liquidation à terme de tous les régimes spéciaux et particuliers ! A quelques semaines des élections régionales, Christophe Castaner, tête de liste PS en Paca et Député, est directement interpellé sur cette situation qui risque de nuire gravement à la santé de notre région. Les salariés attendent là des paroles et surtout des actes pour faire arrêter cette frénésie de casse sociale et industrielle, cette « Macronade » qui est aux antipodes du discours du candidat Hollande au Bourget. Et c’est par les luttes et le vote que pourra être enrayée une nouvelle fois la machine à broyer les hommes et l’outil de travail.

Propos recueillis par La Marseillaise, le 21 octobre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.