Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda National

Agenda de la fédération



L'agenda des Sections



Flux rss

 
 
 

Martigues. « La clé de voûte » du Plan local d'urbanisme

Avec 23 questions à l’ordre du jour, le conseil municipal d’hier soir a surtout été animé par le débat sur le Padd.

Une question a été rajoutée à l’ordre du jour : une aide exceptionnelle a été votée pour les communes sinistrées des Alpes-Maritimes, suite aux intempéries exceptionnelles et meurtrières. La Ville a souhaité participer à l’effort national de solidarité en versant 5.000 euros sur le compte spécifique « Inondations Côte-d’Azur » mis en place par le Secours populaire français.

Les autres questions n’ont pas donné lieu à discussion, si ce ne sont quelques interventions de Jean-Luc Di Maria, dont celle concernant les remboursements de déplacement des élus (qui le font dans le cadre de leurs missions avec mandat spécial), demandant s’ils étaient basés sur les frais réels ou sur un forfait…

Mais l’essentiel du Conseil municipal résidait dans le débat sur les orientations du Projet d’aménagement de développement durable (Padd) de la commune, suite à la révision n°1 du Plan local d’urbanisme (PLU). Il a pour but d’intégrer les nouvelles évolutions législatives et réglementaires et permettre la maîtrise de l’évolution urbaine. Les objectifs poursuivis sont la mise en place « d’un projet de territoire qui s’inscrit dans un développement durable et équilibré au sein de la CAPM, d’un bassin d’habitat et d’emploi plus large, respectueux du principe de mixité sociale favorable au parcours résidentiel et de mixité fonctionnelle » d’une part et d’autre part, « et d’une ville centre attractive, humaine, solidaire, œuvrant pour la qualité urbaine au service de tous ».

Si le FN considère « que l’ensemble des axes nous convient », Jean-Luc Di Maria voit dans ce Padd « une coquille vide », voire « une suite de vœux pieux » et même « de jolies phrases mais rien de concret ».

« Un territoire équilibré »

Nadine San Nicolas, pour la majorité municipale, rappelle qu’il est issu « d’échanges avec les habitants dans les Conseils de quartier et se base sur l’Observatoire national des territoires » et qu’il s’agit aussi de soustraire à la future métropole « des espaces très enviés ». Stéphane Delahaye, pour le Groupe socialiste et écologiste, souligne que Martigues « constitue l’un des trois centres de gravité du territoire métropolitain, après Marseille et Aix » et qu’elle est « la porte économique, écologique et sociale » de l’Ouest du département, soit « les trois piliers de la notion de développement durable ». Selon lui, « la bataille qui a permis aux villes de continuer à maîtriser leur PLU prend tout son sens. Car comment une métropole pourrait-elle se préoccuper de développement durable avec un tel niveau de détail » ?

Gaby Charroux a insisté sur « les choix politiques anciens et actuels de la majorité municipale » pour tendre vers « un territoire équilibré, varié et agréable à vivre ». En réponse à certaines remarques, il a affirmé « que le logement social n’est pas une tare, comme veulent le faire croire vos courants politiques, qui répètent toujours les mêmes faux "marronniers". De plus le pourcentage de logement social reste stable. Ce qui signifie que quand on construit un habitat social, on construit dans le même temps des logements privés. Et ça, c’est mathématique. »

Le débat n’a pas donné lieu à un vote. En revanche, deux réunions publiques se dérouleront le 26 novembre à la Maison de Carro et le 27 novembre à l’hôtel de ville.

La Marseillaise, le 17 octobre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.