Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Eco-social
 
 
 
 

Moulins Maurel. Dernier écueil avant reprise

Depuis des mois les salariés des Moulins Maurel tiennent tête au groupe Nutrixo Vivescia, pour qu’une solution industrielle pérenne puisse être trouvée. Deux ans et demi d’un combat acharné ont permis d’attirer l’intérêt de minotiers algériens. Ces derniers, conscients de la formidable capacité de production de cette minoterie (500 tonnes quotidiennes de semoule et autant de farine) se sont donc portés candidats pour acquérir les Grands Moulins Maurel.

Aujourd’hui, « la fin de conflit est proche », souffle Edouard Pagni, salariés des Moulins et militants CGT, « un business plan solide a d’ailleurs été remis aux représentants de l'État et une société Les Grands Moulins de Marseille a été administrativement constituée ». Néanmoins, un dernier écueil se dresse encore sur la route de la reprise industrielle de ce site et le maintien des emplois industriels.

« Les capitaux nécessaires pour le redémarrage du site sont aujourd’hui exclusivement algériens. Or, malgré de récentes dispositions législatives permettant des investissements à l’étranger, la législation de ce pays demeure extrêmement contraignante en ce qui concerne les transferts de fonds vers d’autres pays. Cette dernière constitue le dernier point de blocage de ce dossier » qu'il s'agira de lever rapidement. Les salariés des Moulins Maurel et le syndicat CGT demandent à l'État d'intervenir.

La Marseillaise, le 10 juillet 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.