Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Agenda de la fédération



Agenda des sections



Flux rss

 
 
 

14e arr. de Marseille. L’école des Flamants à l’épreuve du FN

Riposte. Profondément choqués par les propos du maire de secteur FN des 13 et 14e arrondissements, les parents d’élèves réclament une réponse citoyenne.

«… Envoyez vos gamins à l’école ! surveillez les… » à la dureté des propos tenus par le maire de secteur FN, Stéphane Ravier dans le reportage « Marseille à l’épreuve du FN » diffusé sur France 3, les parents d’élèves de l’école des Flamants, des élus(*), syndicalistes de la FSU et de la CGT, des associatifs… ont apporté un premier élément de réponse.

Passée l’émotion, c’est une dynamique de rassemblement qui s’est exprimée hier soir à la sortie des classes dans la cour du groupe scolaire des Flamants. Refusant de tomber dans le piège de la provocation, les prises de parole donnent le ton, justes et dignes sans excès. Ravier a jeté à la poubelle le vivre ensemble, les parents lui opposent des mots qui les rassemblent et non qui les divisent. « Nous mamans avons appelé à ce rassemblement, premier rendez-vous de la construction d’un socle, pour défendre les valeurs de la République. » Même si elle est attaquée de toutes parts, c‘est encore l’école de l’égalité des chances, un lieu de bienveillance, où coopérer, c’est s’enrichir. Beha Meddour, parent et enseignante a grandi dans une ZEP, le vivre ensemble y avait tout son sens. « Il permettait de lutter contre le nivellement social par le bas, contre les inégalités sociales. »

N’en déplaise à Ravier, les enfants et petits enfants issus de pays autrefois colonisés par la puissance française, sont autant français que n’importe qui. « La République nous appartient aussi », lance Fatima inquiète à l’idée que l’histoire ne se répète. Ses enfants sont scolarisés dans une école privée du quartier, Sandrine dénonce le travail de sape de Ravier : « de quel droit juge t-il l’éducation de nos enfants. Bien vivre dans nos quartiers relève de l’instinct de survie ».

Il y a bien des choses qui séparent ceux qui souffrent d’un Maire qui a bien son idée de ce qu’il adviendrait de l’école, une fois au pouvoir. Sébastien Fournier, enseignant, militant du Snuipp et animateur du collectif des 13/14e contre l’extrême droite rappelle les propositions du FN sur l’école : la fin de la maternelle, la fin des ZEP, considérées comme un racisme d’État, la fin de l’obligation mixte garçons/filles, la fin de l’obligation scolaire à 16 ans. « Le FN ne fait pas que dans la "com" aujourd’hui encore, il parle d’éradiquer ses opposants, entretient ses relations avec des groupuscules violents d’extrême droite méprise et insulte les habitants de nos quartiers, qu’ils concèdent vouloir expulser de notre territoire. »

Pour les habitants de ces quartiers l’école n’a pas qu’une valeur symbolique, elle prône des valeurs de justice sociale au moment où les inégalités n’ont jamais été aussi fortes. Et c’est à ce titre que cet acte de résistance cherche son prolongement politique.

Catherine Walganwitz (La Marseillaise, le 27 mai 2015)

(*) Le Conseiller régional communiste Jean-Marc Coppola, le Président du groupe socialiste à la ville de Marseille, Stéphane Mari, les Conseillers d’arrondissement Marion Honde (PCF) et Samuel Johsua (Ensemble).

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.