Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > International
 

Dans l'agenda



Flux rss

 
 
 

Grèce. Une question de priorité et de volonté

Le remboursement de la dette au FMI dès juin fait débat chez Syriza.

Le Ministre de l'Intérieur grec a assuré hier que son pays ne rembourserait pas le FMI en juin : des propos nuancés ensuite par le Ministre des Finances Yanis Varoufakis, mais qui confirment qu'Athènes juge être allée au bout des concessions à ses créanciers.

« Les remboursements au FMI en juin sont de 1,6 milliard d'euros, ils ne seront pas faits et d'ailleurs il n'y a pas d'argent pour les faire », a déclaré Nikos Voutsis à la chaîne de télévision Mega Channel hier matin.

Déjà cette semaine, Nikos Filis, porte-parole du parti de gauche radicale au pouvoir Syriza, avait assuré : « Nous n'avons pas l'argent pour payer le FMI le 5 juin. Il n'y a de l'argent que pour les salaires et les retraites ».

Ces propos sont graves, car un défaut de la Grèce à rembourser le FMI, la BCE ou l'UE, qui lui ont prêté ou promis de prêter 240 milliards d'euros depuis 2010, aurait des conséquences incalculables.

Pour leur part, le Premier Ministre Alexis Tsipras et l'équipe des Ministres en charge des négociations avec les créanciers n'ont jamais annoncé qu'un paiement ne se ferait pas. Néanmoins, Alexix Tsipras a prévenu depuis mars que la Grèce ne pourrait pas indéfiniment honorer le remboursement de sa dette, si on ne lui reprête pas un peu d'argent.

De l'argent jusqu'à « un certain moment »

Hier sur la BBC, Yanis Varoufakis est resté vague : jusqu'alors, « nous nous sommes remarquablement débrouillés pour honorer nos dettes. Mais à un certain moment, ce ne sera plus possible ».

Selon Mega, dont l'information n'a été ni confirmée ni démentie, Alexis Tsipras, aurait demandé au Secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, samedi au cours d'un appel téléphonique, d'appuyer auprès du FMI l'idée de ne rembourser à celui-ci que fin juin les quatre échéances du mois.

La Grèce, qui a déjà eu recours à un fonds d'urgence pour payer les 750 millions d'euros du FMI en mai, doit lui envoyer les 5, 12, 16 et 19 juin, un total de 1,574 milliard d'euros.

Mais aussi payer les fonctionnaires, les retraites, les fonds de sécurité sociale pour environ 2,2 milliards d'euros.

Selon une source proche des questions de dette grecque, il y a suffisamment d'argent pour payer les salaires, les retraites et l'échéance du 5 juin du FMI. Cette source est beaucoup plus évasive pour la suite.

Cela laisserait donc jusqu'au 12 pour trouver un accord.

Mais la Grèce ne veut plus bouger : « Nous avons fait ce que nous avions à faire, c'est maintenant au tour de l'Europe », a dit Alexis Tsipras samedi devant le Comité central de Syriza, ajoutant : la Grèce n'acceptera pas de « demandes irrationnelles » de ses créanciers.

« Nous avons fait les trois-quarts du chemin, les créanciers doivent faire le dernier quart », a renchéri dimanche Yanis Varoufakis.

Alexis Tsipras, dont le parti Syriza gouverne en coalition avec le parti souverainiste des Grecs indépendants, n'a que 11 sièges de majorité absolue au Parlement, une marge de manœuvre très faible face à l'aile gauche de son parti, incarnée notamment par MM. Voutsis et Filis, partisane de la confrontation avec les créanciers, s'il le faut.

Une partie de cette mouvance a lancé mardi l'initiative « R Project », comme (révoltez-vous, réclamez, résistez).

Hier, devant le Comité central de Syriza, le Ministre de l'Energie Panayotis Lafazanis, devait déposer une motion prônant ler refus de tout « chantage » supplémentaire des créanciers en refusant de les payer. Il les a décrits dimanche comme « des chiens prêts à l'attaque ».

Incarnant l'aile modérée de Syriza, le Député européen Dimitris Papadimoulis a appelé hier le parti à accepter « des compromis difficiles » pour éviter un échec « désastreux » des négociations.

La Marseillaise, le 25 mai 2015

Un réel soutien populaire

La majorité des Grecs soutient le gouvernement dans les négociations avec les créanciers tout en souhaitant un accord qui permette le maintien dans la zone euro, selon un sondage publié hier.

L’enquête, réalisée par l’institut Public Issue pour le quotidien pro-gouvernemental Avgi, montre que 54% des personnes interrogées approuvent la manière dont le gouvernement mène les négociations, en dépit des tensions avec les créanciers internationaux auxquels Athènes ne devrait pas céder, selon 59% des sondés. 89% sont d’ailleurs opposées à de nouvelles coupes dans les retraites, et 81% se disent contre les licenciements collectifs.

La Grèce survit depuis août 2014 en attendant que ses créanciers lui versent les 7,2 milliards d’euros restants d’un deuxième programme d’aide qui expire fin mai.

Les Européens et le FMI réclament en contrepartie des réformes, notamment du marché du travail, qui vont radicalement à contre-courant des promesses électorales d’Alexis Tsipras.

Selon le sondage, 71% des personnes interrogées défendent la monnaie commune européenne et 68% d’entre elles estiment que le retour à la drachme nationale ne ferait qu’aggraver la situation du pays.

La Marseillaise, le 25 mai 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.