Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda PCF 13

Flux rss

 
 
 

Aix-en-Provence. Bal d’humanité

A l’appel des partis de Gauche, associations et organisations syndicales, ils étaient près de 5.000 jeudi soir à rendre hommage aux victimes avec pour mot d’ordre l’unité.

D’abord les bougies illuminant le pourtour de la place, comme un éclair fulgurant qui lutte contre l’obscur. Puis les stylos pointés vers l’horizon, banderoles, pancartes, et exemplaires de Charlie Hebdo, à l’appui.

Jeudi, bien plus que la veille et bien plus que les 2.000 présents annoncés ailleurs, les habitants d’Aix et son pays, à peine remis du traumatisme collectif de la veille, ont choisi à nouveau de s’unir en répondant massivement présents au rassemblement « La liberté vivra ». Au lendemain de la tragique date du 7 janvier 2015, il fallait être ensemble, dire non au fascisme et au terrorisme de toutes sortes. « Il fallait aussi se toucher », confie une jeune commerciale, venue du Var, avant de poursuivre : « Se toucher pour dire qu’on est là tous pareils, communiquer au-delà du virtuel, être ici et maintenant pour s’accepter, protéger nos précieuses libertés de pensées et, hélas pleurer nos morts. »

« Notre unité s’oppose à l’amalgame »

De tous âges, de toutes confessions ou pas, de tous bords politiques à l’exclusion des fascistes, l’importante population a gagné la place de la mairie dès 17h30, avant que David Teissier (Secrétaire de la FSU, membre du Parti communiste) présente les organisateurs : le PCF, le FDG, le PG, Ensemble, le PS, Partit Occitan, EELV, la CGT, CFDT, FSU, Sud Solidaires, syndicat des avocats de France, Aix-solidarité, ATMF, ASTI, LDH, Déconnomistes, Observatoire de la laïcité, Résister aujourd’hui, Université populaire du pays d’Aix.

Et, passant outre quelques sifflements « déplacés » à l’annonce des partis politiques, Philippe Sénégas (LDH), au nom du comité d’organisation, a d’abord rendu hommage aux victimes et familles de victimes de l’attentat commis contre Charlie-Hebdo, énumérés, avant d’évoquer dans un silence redevenu collégial : « C’est la liberté de la presse, le droit à l’information, à la critique, à l’impertinence, à la caricature qui sont atteints, c’est la République qui est blessée. Celle qui permet l’expression de la diversité des pensées et des idées, celle qui permet le débat démocratique, la tolérance, le respect de l’autre. Oui ce soir, nous sommes tous des Charlie ! »

Fortement acclamé, Philippe Senegas a pu poursuivre, alertant : « Nous ne voulons pas confondre ces assassinats politiques avec quelque religion que ce soit. Nous dénonçons cet usage violent et terroriste de l’islam et marquons notre solidarité avec les nombreux musulmans français qui sont agressés et pris en otage par cette instrumentalisation politique de leur religion (…) Notre unité s’oppose à l’amalgame, notre condamnation s’oppose à ce qui nourrit des peurs et alimente la haine, voilà pourquoi nous ne cesserons de combattre le racisme, la xénophobie et ce qui alimente la haine. »

Concluant par le poème Liberté de Paul Eluard, c’est dans un tonnerre d’applaudissements d'une foule à l’affluence inédite qu’a retenti la place de la Mairie ce soir-là. Un rassemblement historique à Aix, ponctué de chants, qui a rempli sa mission « d’unité » dans la paix.

Demain à 15h, place de la Mairie, une marche citoyenne, républicaine et silencieuse est prévue à Aix, à l’appel des mêmes signataires. Ce soir à 15h, les Aixois défileront à Marseille.

Houda Benallal (La Marseillaise, le 10 janvier 2015)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.