Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Dans l'agenda



Flux rss

 
 
 

Marseille. Le buste de Manouchian à nouveau profané

Mémoire. Des néo-fascistes ont publié sur Internet une vidéo dans laquelle ils s’en prennent au monument qui rend hommage au résistant FTP-MOI.

En juin déjà, le buste de Missak Manouchian, commandant FTP-MOI, résistant communiste fusillé avec ses camarades par les nazis au Mont-Valérien, avait été affublé anonymement d’une croix gammée.

Le 6 septembre, c’est cette fois en plein jour et à visage découvert qu’un groupuscule néo-fasciste, le Mouvement national « Nouvelle aurore », s’en est pris au monument. Très fiers d’eux, les nazillons ont publié sur Internet deux jours plus tard une vidéo de leur profanation dans laquelle ils ont pris soin de se rendre non-identifiables.

On peut y entendre le chef de cérémonie dénoncer le « terrorisme » du groupe Manouchian qui a notamment exécuté « un Français, Julius Ritter, qui était responsable de la main d’œuvre française. Un bon français qui n’avait rien demandé. » Pour mémoire, il s’agit de l’officier SS allemand qui coordonnait en France le service du travail volontaire.

« Que des juifs, des Arméniens et des Zhongrois »

Avec autant d’amour pour la langue française que pour la grande histoire, il poursuit : les FTP-MOI ne regroupaient « que des juifs, des Arméniens et des Zhongrois » (sic). À ses côtés un agité éructe : « Manouchian grosse merde on veut pas de ça à Marseille ! »

La vidéo se termine par un message sur fond tricolore : « Merci aux militants présents pour leur devoir de mémoire. » Sur la même page Internet, le groupuscule fanfaronne : « Une voiture de police intriguée par la présence de nos militants sont dans un premier temps venus nous parler, mais compte tenu de la légalité de notre action, ceux-ci n’ont pu que retourner gentiment à leur commissariat. Nos militants sont finalement partis laissant la statue recouverte d’un tissu masquant cette atrocité. »

Intolérable pour Julien Harounyan de la Jeunesse arménienne de France. « Ces actes commis en toute impunité, illustrent la montée de la haine raciale, de l’extrême droite dans cette ville. On ne laissera pas passer ça », prévient-il.

« Nous appelons à un rassemblement dimanche. Nous demandons au Ministère de l’Intérieur la dissolution de ce groupuscule, au Ministère de la Justice l’ouverture d’une enquête et aux élus de la Nation, une loi pour panthéoniser Missak Manouchian et ses camarades », énumère-t-il.

Des mots d’ordre que soutient Jean-Marc Coppola, élu communiste de Marseille. « La communauté arménienne est touchée, les communistes sont touchés, toutes les victimes du fascisme et du nazisme sont touchées par cet acte commis l’année où l’on célèbre le 70e anniversaire de la Libération », réagit-il.

« Ces groupes doivent être dissous mais il faut aller plus loin. Mener une politique qui fait reculer la violence, la haine, le racisme et tous les intégrismes », ajoute-t-il.

Pour lui, « il faut rendre aux mots leur sens. Les patriotes ce sont ceux, étrangers ou non, qui ont défendu la liberté de la Nation, du peuple français, contre l’occupant nazi et la collaboration. »

Le patriotisme, Manouchian, avec ses camarades de l’affiche rouge, en est la plus belle expression.

Léo Purguette (La Marseillaise, le 18 septembre 2014)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.