Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda PCF 13

Flux rss

 
 
 

Festival Terres de Résistance. « Une ligne politique des plus droitières »

« Martigues vient de faire la démonstration de sa force, de sa solidarité, bravo pour votre pugnacité » déclarait Gaby Charroux hier matin au jardin du Prieuré à l’issue de la manifestation « contre la métropole imposée », saluant aussi les élus et citoyens venus des villes voisines (Port-de-Bouc, Châteauneuf, Fos, Saint-Mitre). « Martigues est la seule commune du département où est organisée une deuxième manifestation (après celle de septembre 2013) sur la métropole » précisait-il, en faisant part de sa conviction : « nous allons profondément transformer leur métropole imposée dans les semaines à venir ». Déjà, « nous avons obtenu que les communes ne soient pas des Mairies d’arrondissement ».

Une nouvelle fois, le Député-Maire s’est prononcé « pour des coopérations utiles et efficaces » avec « une solidarité à l’échelle métropolitaine ». Le tout avec une condition majeure : « la défense de l’industrie et du Grand Port maritime ». Gaby Charroux a d’ailleurs appelé à « renationaliser la SNCM ».

Cette forme de coopération métropolitaine reposerait sur trois critères : la nécessité d’ y associer le Département et la Région (notamment sur le développement du rail), « les services publics comme modes majeurs de la gestion des équipements » et une politique qui ne repose pas sur les économies faites sur le dos des collectivités, avec la baisse de 11 milliards d’euros de dotations.

Pour Jonathan Di Ruocco, Secrétaire de la section locale du PCF, la métropole en l’état « ne résoudra en rien les problèmes de violence » dont souffre Marseille, ni « les inégalités entre territoires ». Dans un bref tour d’horizon de la situation politique nationale et internationale-où il a notamment plaidé pour « la mise sous protection internationale du peuple palestinien » – le responsable communiste a dénoncé « la ligne politique des plus droitières » mise en œuvre à l’Élysée et à Matignon, « une politique que nous avons combattue lorsqu’elle était appliquée par Nicolas Sarkozy ».

Si le tableau est sombre, avec « le recours à un F.N. banalisé » de la part de trop nombreux électeurs, « l’heure n’est pas à la résignation » mais à la création du « rassemblement salutaire qui nous permettra de changer le cours de l’histoire » poursuivait-il.

La nécessité de « prendre un autre chemin » évoquée par Gaby Charroux est d’autant plus impérieuse que les orientations gouvernementales ne font même plus illusion. « La finance n’ a pas de visage mais elle a un gouvernement » soulignait-il, en référence au fameux discours du Bourget. A l’époque, c’est le François Hollande candidat qui s’exprimait…

La Marseillaise, le 8 septembre 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.