Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Bienvenue à la Fédération des Bouches-du-Rhône du Parti Communiste Français

280, rue de Lyon
13015 - Marseille
T. 04.95.05.10.10
F. 04.91.58.57.24
- contact@pcf13.fr
- Facebook
- Twitter

L'agenda du PCF 13



Flux rss

L'agenda général



Flux rss

LA SOUSCRIPTION

Toujours à vos côtés !

Des raisons d'adhérer !

Prenez le parti de la fraternité !

Le 37ème Congrès du PCF

37ème Congrès

Le webzine du PCF13

La presse

La presse

La nouvelle formule de "La Marseillaise"

Le bulletin de souscription

Abonnement à La Marseillaise ou à l'Hérault du jour

Abonnement à La Marseillaise

Propositions du PCF 13

Politique de transport, d'autres choix sont possibles

Les chantiers d'espoir

--> Le site web

 

--> Le compte facebook

 

--> L'appel national

 

 
 
 

Gauche européenne. Onze sièges de plus pour la GUE

En Grèce, Espagne, Irlande, Pays Bas, Finlande, Suède : la gauche radicale a progressé.

Ils étaient 34 durant la précédente mandature, ils seront désormais 45. Le Groupe de la Gauche Unitaire Européenne (GUE) qui rassemble les progressistes au Parlement européen a augmenté de manière conséquente. Onze élus supplémentaires. Le gain principal provient de la Grèce. Les trois sièges de la mandature précédente, répartis entre l’extrême gauche et les communistes grecs, sont désormais au nombre de sept : six élus pour la coalition Syriza menée par Alexis Tsipras et un communiste du KKE. En Italie, c’est sous la référence à Alexis Tsipras que les tenants d’une autre Europe sont parvenus à conquérir trois sièges. En Espagne, les communistes alliés aux Ecologistes dans Izquierda remportent quatre sièges supplémentaires. Auxquels il faut ajouter les cinq élus de Podemos, mouvement issu des indignés, mais cependant pas affiliés à la GUE. Belle victoire en Irlande où le Sinn Fein a obtenu trois sièges, ce parti étant déjà affilié à la GUE mais dans sa version britannique. Cependant, l’élu du Socialist Party, trotskyste, a perdu son siège. Le Portugal a, lui, maintenu la barre avec ses quatre sièges répartis entre une coalition entre communistes et Verts et un Bloc de gauche. Les progrès réalisés au Pays Bas –trois élus au lieu de deux– et en Finlande et en Suède.

Allemagne, France, Danemark et République Tchèque ne sont, eux, pas parvenus à s’inscrire dans cette tendance. Die Linke en Allemagne a ainsi perdu deux sièges, le Front de Gauche un, tout comme le Parti communiste de Bohême et Moravie ou le Mouvement populaire contre l’Union européenne créé par des Danois à l’issu du référendum de 2005.

La Marseillaise, le 27 mai 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.