Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda PCF 13



Flux rss

 
 
 

Aubagne. Daniel Fontaine, « Retrouver une nouvelle dynamique »

Maire d’Aubagne, depuis 2001, il cède son siège au candidat de la droite UMP-UDI Gérard Gazay. Il analyse les raisons de la défaite et évoque l'avenir du rassemblement Arc-en-ciel.

Au lendemain de sa défaite face au candidat UMP-UDI, dans une triangulaire avec le FN où la liste Arc-en-ciel a été prise en tenailles entre les droites, et à l’issue d’une campagne très difficile, Daniel Fontaine analyse les raisons de ce revers et évoque l’avenir. Entretien.

La Marseillaise. Trois jours après les résultats du 2nd tour et la défaite de la liste que vous conduisiez, comment analysez-vous ce revers ?

Daniel Fontaine. Nous sommes un peu abasourdis par ces résultats parce que nous savions qu’entre les deux tours il serait très difficile de rattraper le retard que nous avions pris sur nos adversaires de droite. Et donc, nous avons travaillé à une mobilisation importante que nous avons réussi dans la mesure où l’on a enregistré une progression importante en terme de pourcentage passant de 37,39% à 40,88%. Nous étions convaincus que cette progression allait nous être bénéfique. Elle l’aurait été s’il n'y avait pas eu ce transfert massif des voix du Front national sur le candidat de droite. Nous sommes dans un phénomène qui est national qui s’inscrit dans le rejet systématique de celles et ceux qui, de près ou de loin, pourraient être le soutien du gouvernement. Ce vote se traduit aussi par des vases communicants entre la droite et le Front national et qui a démontré, dans presque toutes les élections triangulaires en France, que lorsque le FN est arrivé en 3e position, plus de la moitié de ses voix sont allées sur le candidat de droite, ce qui a fait chuter un grand nombre de Maires dont nous ici à Aubagne.

La Marseillaise. Cette collusion entre la droite dite « républicaine » et l’extrême-droite vous surprend-elle ?

Daniel Fontaine. C’est quelque chose qui nous interpelle parce que nous n’avons pas vu ce coup arriver et nous sommes très tristes parce que cet amalgame, entre la droite et l’extrême-droite, nous laisse penser que les valeurs qui ont été portées dans notre ville jusqu’à présent risquent d’être mises à mal dans les années à venir. Très soucieux de ce que va devenir le service public. Très soucieux aussi de la place que va avoir Aubagne maintenant dans la métropole marseillaise. Nous sommes convaincus que l’alliance des droites va se faire et que ce que nous craignions concernant la métropole va se réaliser et, à partir de là, la perte évidente de gouvernance pour les villes comme la nôtre et avec des conséquences qui ne tarderont pas à venir. Je suis persuadé que si la métropole se met en place en 2016, on aura très rapidement, entre autres, la perte de la gratuité des transports. Cela avait été annoncé par les différents candidats à la mairie de Marseille. Tout cela va se traduire par une  régression importante et évidente des acquis de nos concitoyens et une rupture dans la dynamique et l’originalité dans les actions qui étaient portées par notre municipalité. C’est un constat triste et qui est très partagé dans les grands ensembles qui nous ont fait massivement confiance, dimanche dernier. Ce sont largement ceux qui sont les victimes les plus exposées à la crise, les victimes de la société actuelle et qui, dans la ville d’Aubagne, avaient la possibilité d’avoir une bouée d’espérance qu’ils sont persuadés d’avoir perdue et je pense qu’ils ont bien raison.

La Marseillaise. Forte mobilisation des abstentionnistes à Aubagne au 2nd tour, mais le fait de s’abstenir au 1er tour cache bien un certain malaise, notamment chez l’électorat de gauche.

Daniel Fontaine. Il y a évidemment un malaise dans l’électorat de gauche même si nous avions réussi à avoir un taux de participation très élevé à Aubagne au 2nd tour, près de 70%, ce qui est supérieur à la moyenne nationale. Ce malaise a été dépassé, chez nous, par la nécessité du vote utile en faveur de la liste Arc-en-ciel, puisque cette mobilisation nous a apporté quelque 1.700 voix de plus pour le 2nd tour. Cependant ce malaise existe. On est en train de réfléchir en vain sur les différences entre les politiques Hollande et Sarkozy. On nous dit que ce premier gouvernement Hollande va être remanié et ce qui intéresse aujourd’hui la population ce n’est pas de savoir qui va quitter le gouvernement ou y entrer, mais quelle politique va être mise en place et quelle inflexion pour la politique actuelle. Une politique qui doit passer obligatoirement par la recherche de la relance et non la recherche du comblement des déficits. Ce qui est primordial, c’est de satisfaire les besoins de la population par une politique de relance plutôt que de satisfaire les besoins des banques avec le souci de diminuer le déficit ce dont les Français se moquent. D’où la nécessité d’avoir une politique d’audace en direction de l’Europe ce que nous n’avons pas aujourd’hui puisque nous avons une politique de vassalisation à l’Europe.

La Marseillaise. Contrairement à ce qui s’est passé pour les municipales, les élections européennes, plutôt que d'être une occasion pour sanctionner le gouvernement, ne peuvent-elle pas être l'occasion pour renforcer les candidats qui proposent une politique alternative à celle menée actuellement ?

Daniel Fontaine. Pour les élections européennes, il faudra clairement démontrer qu’il peut y avoir sur le plan européen une vision différente de la politique aujourd’hui développée par les différents gouvernements en place et que la France, peut dans ce domaine, de par la place qu’elle occupe, jouer un véritable rôle dans une alternative politique. Faut-il encore que nos concitoyens considèrent que les élections européennes c’est aussi leur affaire. Les municipales sont passées et maintenant il y a un nouveau round qui sont les européennes.

La Marseillaise. Quel avenir pour vous et pour le rassemblement Arc-en-ciel dans la vie politique d’Aubagne ?

Daniel Fontaine. Ce rassemblement, j’en suis persuadé, va perdurer. On ne peut pas effacer ces milliers de personnes qui se sont inlassablement rencontrées pour construire un programme qui ont une vision progressiste et humaniste d’Aubagne. Je suis convaincu qu’après un moment d’abattement nous allons retrouver dans les semaines qui viennent une nouvelle dynamique. En tous cas, moi, personnellement, je vais m’attacher à la construire.

Nous espérons aussi que l’Agglo continue à porter les valeurs qu’elle a toujours portées et qui sont en harmonie avec celles de la ville. En tous cas, les élus minoritaires d’Aubagne que nous sommes maintenant y participeront de toutes leurs forces.

Propos recueillis par Mustapha Chtioui (La Marseillaise, le 2 avril 2014)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.