Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda PCF 13



Flux rss

 
 
 

Aubagne. « Le combat sera très long et très difficile »

En dépit d’une forte mobilisation, notamment des abstentionnistes au 2e tour, la ville bascule à droite.

La défaite de la liste arc-en-ciel de la gauche unie, citoyenne, écologiste et des démocrates ce dimanche 30 mars, restera gravée dans la mémoire collective des Aubagnaises et des Aubagnais. Jamais la droite, même rassemblée, n’avait atteint un tel score et creusé l’écart avec la gauche depuis 1965, année à laquelle Edmond Garcin avait conquis cette ville pour en faire, avec ses différents successeurs, ce qu’elle est aujourd’hui. Le sursaut citoyen qui a fait gagner un peu plus de 700 voix à la liste arc-en-ciel n’a pas suffit pour stopper la montée de la droite.

Le contexte national très particulier marqué par une politique aux antipodes des attentes populaires qui ont porté François Hollande et son équipe au pouvoir, en est certainement pour beaucoup. Il a fragilisé, comme on l’a vu un peu partout en France, les forces de gauche même celles qui affichent une rupture manifeste avec cette politique. Mais ce n’est certainement pas la seule raison.

A Aubagne, la campagne très agressive et virulente de la droite UMP-UDI et de son extrême a été axée sur la critique systématique de « la dette de la ville » et sur le projet du tramway, faisant oublier à beaucoup les réalisations et les projets structurants construits dans cette ville.

Les vases communicants, si l’on juge par les reports de voix, entre le FN et l’UMP-UD. Les appels du pied de la candidate du FN, en direction des candidats de la droite ont certainement participé aussi à cette bascule inquiétante.

Reste aux forces progressistes, citoyennes et aux démocrates de la liste « Pour l’amour d’Aubagne » à analyser aussi les contradictions et les raisons internes à cette défaite et prendre en compte le signal envoyé par l’électorat avec un taux d’abstention, même s’il a été atténué au 2nd tour, qui reste élevé témoignant d’un certain malaise chez l’électorat de gauche.

La culture en danger !

Premiers à réagir à cette défaite, André Danchési, Gérard Rouqueirol, Secrétaire et chargé de la communication de la section d’Aubagne du PCF. « Aujourd’hui, notre seule et unique pensée est dirigée vers les habitants des quartiers populaires d’Aubagne, ceux qui, encore et toujours, vont payer les pots cassés », indiquent-ils. « Leur vote a démontré leur maturité politique et pointé les dangers réels d’une droite et d’une extrême droite particulièrement virulentes. Le Parti communiste, fier de son héritage -et nous pensons surtout à Edmond Garcin- et de tout ce qu’il a accompli pour cette ville et ses habitants, entre aujourd’hui en résistance. Le combat sera long et difficile ».

Les acteurs culturels s’interrogent aussi sur ce chamboulement. « L’exception culturelle de notre région, est passée sous l’étiquette UMP-UDI. C’est pour nous, acteurs culturels depuis plus de 15 ans sur cette ville, un grand bouleversement. Y aura t-il le même dynamisme artistique et culturel au sein de la nouvelle équipe municipale ? … », note Christophe Chave de la Distillerie à la veille de la présentation du programme « printemps » des 3 scènes. « A la lecture des programmes culturels de M. Gazay et de Mme Barthélémy, sans compter la chiffonnade de la frontiste, Mme Melin, tous les trois évoquant le retour à une culture traditionnelle, folklorique, basée sur l’histoire et les figures qui l’ont traversée… ». Des interrogations très légitimes car l’avenir, pour la création et l’action culturelle « non rentable », ne s’annonce pas très rose.

Mustapha Chtioui (La Marseillaise, le 1er avril 2014)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.