Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

La Ciotat. Le ciel se fait noir avec des teintes brunes

Patrick Boré (UMP) réélu avec 53% des suffrages, le FN devance la Gauche rassemblée d’une courte tête.

Patrick Boré, en ballottage très favorable lors du premier tour des élections municipales, a retrouvé ce dimanche son fauteuil de Maire en recueillant 9.078 suffrages sur les 17.637 exprimés.

La Gauche rassemblée n’a pas réussi son pari de passer devant le Front national lors de ce second tour. Celle-ci améliore son score de quelques centaines de voix (3.876 voix - 22,63%), face au candidat frontiste qui en fait de même (4 175 voix - 24,37%). La participation n’a que très légèrement augmenté lors de ce second rendez-vous des municipales, 63,58% contre 62,40%. Encore une fois, plus de 10.000 électeurs ne se sont pas rendus aux urnes.

Il y avait, à vrai dire, fort peu de chance, avec une pareille triangulaire et dans un climat aussi défavorable à la Gauche pour que l’issue puisse en être autrement. Le principal objectif de la Droite et du Maire sortant était de dépasser la barre symbolique des 50% de suffrages exprimés « car elle est garante de légitimité pour poursuivre notre projet », assure Patrick Boré avant de proclamer officiellement les résultats et de remercier ses électeurs.

10.000 électeurs absents

De son côté, le candidat frontiste Yann Farina ne cachait pas sa joie. Au terme de cette première véritable participation aux élections municipales à La Ciotat, sa formation fera une entrée en force au Conseil municipal avec 5 représentants. « Nous serons vigilants et intransigeants face au manque de transparence (…) nous ferons Front contre toute lâcheté et nous ferons Front contre les petits arrangements entre amis » , stipule-t-il.

Au local de campagne de la liste de Gauche « La Ciotat Nous Rassemble », en revanche, la désillusion se lisait sur les visages. « Nous avons essuyé la tempête Hollande au premier tour comme au second. Ce n’est pas la droite qui a gagné ce soir, elle ne progresse pas, c’est nous qui subissons une défaite », lance fermement Karim Ghendouf. Pour autant, « le choix de réaliser ce rassemblement de toute la Gauche répondait à une attente des citoyens. C’était la meilleure solution. De réflexion il y en aura mais c’est aussi aux 10.000 Ciotadens qui n’ont pas voté de s’interroger… » « Nous avons vécu une belle aventure humaine pendant cette campagne », ajoute
Christine Abattu, la première des socialistes, « nous avons appris à nous connaître, à travailler ensemble, autour d’un projet que nous avons porté ». Las, « le débat national a pris le pas sur le débat local et le gouvernement porte une très grande responsabilité dans la perte de villes progressistes, comme Aubagne », reprend Karim Ghendouf. Toujours est-il que « nous continuerons à nous battre au sein du Conseil municipal en défendant nos valeurs, et elles ne sont pas négociables ».

La Marseillaise, le 31 mars 2014

L’installation du Conseil municipal se déroulera samedi matin, à l’hôtel de ville.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.