Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 

Agenda PCF 13



Flux rss

 
 
 

Saint-Mitre-les-Remparts. La clé de l’élection ?

Jean-Jacques Lucchini fait le point sur les questions d’urbanisme.

Jean-Jacques Lucchini, tête de liste de « Saint Mitre pour vous, avec vous » a tenu à faire le point sur l’urbanisme qu’il considère comme une « clé de l’élection ».

Il relève que « la commune ne compte, en effet, que 3,78% de logements sociaux, ce qui a conduit le Préfet à décider de faire usage de son droit de préemption en lieu et place de l’actuelle municipalité » et que cette « tutelle, n’est pas sans susciter des tensions dans la ville », les habitants étant « doublement pénalisés, puisque la commune est assujettie au paiement d’une pénalité de 170.000 euros par an, pour manquement à la loi SRU ». Il prend l’exemple de deux terrains à la vente qui ont fait l’objet d’une préemption par le Préfet pour y construire des logements sociaux. « Depuis 2008, nous dénonçons l’inertie et l’opacité de la gestion municipale, qui ne pouvaient qu’aboutir à cette situation », souligne Jean-Jacques Lucchini.

Une convention avec la Préfecture prévoit « de construire 100 logements en mixité sociale dont au moins 40% de logements aidés et plus de 380 logements sociaux d’ici 2020, dont 114 en 2015 ». Dans cette convention, le candidat affirme que la mairie a « déjà proposé comme secteur à enjeu : le chemin de Calieu, le boulevard du Président Allende, la rue du Moulin Rout, l’impasse Sainte-Victoire, les plaines d’Arnette et l’avenue Charles de Gaulle ».

Selon lui, cette situation vient démontrer le manque d’anticipation et l’absence de projection autour des projets de constructions : « Tous les jours, la Mairie annonce des créations de logements sociaux dans divers secteurs de notre localité, tout en précisant que ces derniers sont bloqués en raison de prétendus recours que j’aurais intentés ! », fulmine Jean-Jacques Lucchini, qui dénonce des « mensonges ».

L’enjeu, selon lui, est de taille, car la commune « n’a toujours pas entamé l’ombre d’une réflexion sur ses documents d’urbanisme et le Plan local d’urbanisme est toujours dans les limbes » et rappelle que le PLU doit être adopté avant le 1er janvier 2016, sinon « c’est la Métropole marseillaise qui sera maître d’oeuvre en la matière. Cette situation est inenvisageable », reprend Jean-Jacques Lucchini.

« Des possibilités existent pour réaliser à la fois, des logements sociaux et des logements en accession à la propriété dans d’autres secteurs, notre volonté étant de maîtriser toutes les attributions. Nous avons des propositions que nous soumettrons à Monsieur le Préfet, pour démontrer notre volonté de nous conformer à la loi et mettre fin à cette tutelle préjudiciable pour tous. ».

La Marseillaise, le 21 mars 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.