Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos élu(e)s locaux
 

Dans l'agenda



Agenda de la fédération



Agenda des sections



Flux rss

 
 
 

Pays d'Aubagne. Un ascenseur vers la qualification et l’emploi

Présentation jeudi dernier à la Boussole du bilan 2013 de la clause d’insertion instaurée par l’Agglo en 2006.

Bilan productif sur le territoire où l’on appuie les politiques d’investissement qui débouchent sur d'importants chantiers initiés dans les différentes communes de l’Agglo et qui sont pourvoyeurs d’insertion et d’emploi. « Notre objectif vise à utiliser l’investissement public pour en faire bénéficier les habitants du territoire en situation de précarité sociale et professionnelle. Pour cela nous avons utilisé l’opportunité que nous offre le code des marchés publics en complément des outils existant sur notre territoire », explique Danièle Giraud, Vice-Présidente de l’Agglo en charge de l’emploi et de la formation. Cet outil, ascenseur social au niveau du territoire, permet à des jeunes et à des adultes, en difficultés d’insertion professionnelle, de pouvoir mettre le pied à l’étrier.

Parmi les chantiers concernés par la clause pour 2013, on trouve la construction de La Boussole à Aubagne, l’Espace Plumier à Auriol, la crèche à Roquevaire. D’autres chantiers ont été assurés par les bailleurs sociaux (Logirem-Tourtelle 13 Habitat-rue de la République). « Le démarrage de trois –Grands chantiers– sur la ville d’Aubagne (tramway - friche Rousselot). Avec la réhabilitation du Charrel, prévue pour début 2014, représente 105 293 heures d’insertion sur les 84 709 heures de travail réalisées à travers la clause d’insertion, mises bout à bout cela représente l’équivalent de 46 temps plein », explique Cyrille Navizet qui a succédé à Florence Chevalet au poste de chargé de mission clause d’insertion à l’Agglo. Soit 187 salariés dont 14 femmes (seulement !) « Il y a encore des efforts à faire », fait remarquer Danièle Giraud. « 63 marchés suivis sur l’année dont 17 terminés en 2013 et 100 entreprises accompagnées dont 22% issues du territoire ». Un volume d’heures d’insertion (85.000 heures), estime le chargé de mission, qui représente le plafond que la clause peut absorber.

Ne pas dévoyer l’objectif

Cependant si la tranche 17-30 ans (65%) est prédominante, on constate une poussée des 30-50 ans (1,5 fois + que les années précédentes) et l’apparition de la tranche 60-65 ans ou encore des jeunes diplômes (brevets ou bac pro) alors que l’objectif du dispositif est de s’adresser à un public de faibles niveau de qualification. « Il faudra être attentif à ne pas dévoyer l’objectif. Je suis inquiet de voir de plus en plus de jeunes formés entrer dans l’insertion avec le risque que le dispositif mis en place ne bénéficie plus à ceux pour qui il a été créé », avertit Antoine Di Ciaccio, Vice-Président de l’Agglo délégué à l’Economie.

Enfin ce dispositif dont l’objectif reste celui « de contribuer au déroulement du parcours d’insertion » se veut aussi « un outil supplémentaire au service de la politique d’insertion conduite depuis des années et complémentaire à tous ceux déjà à l’œuvre sur le territoire » comme la Mission locale, les entreprises et associations d’insertion, ateliers et chantiers d’insertion…

Mustapha Chtioui (La Marseillaise, le 26 février 2014)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.