Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Front de gauche
 

L'agenda



Flux rss

 
 
 

Istres. Vifs échanges à gauche

La présence d’une liste soutenue par le Front de gauche suscite des réactions pour le moins contrastées.

« Notre parti a été depuis le début le premier à soutenir le Maire actuel François Bernardini, candidat aux prochaines élections municipales. Il représente pour notre formation politique un authentique maire de gauche, de culture socialiste », indique la section du PCF d’Istres dans une déclaration, « son bilan est remarquable et correspond indiscutablement à une orientation de gauche, progressiste et humaniste conforme à notre vision politique : mettre l’humain comme but et finalité de l’action municipale. En atteste quelques exemples : son action dans le logement, pour l’emploi à travers des projets innovants comme le pôle aéronautique  mais aussi son soutien aux salariés en lutte que ce soit ceux de Kem One ou du personnel de la clinique d’Istres, son action dans le domaine scolaire et celui de la culture, sa volonté de créer les conditions du "bien vivre ensemble" ».

Pour la section locale du PCF, François Bernardini « a fait le choix politique d’occuper des secteurs comme la santé alors que rien ne l’obligeait juridiquement ou administrativement à le faire. En collaboration avec notre camarade, adjoint à la santé, on en connaît le résultat : mise en place de la VLM, autorisation d’une installation d’une IRM, ouverture prochaine d’une Maison de la santé ».

Selon le communiqué, « vouloir constituer une liste "Istres-Entressen à gauche" témoigne d’une ignorance totale des réalités de la ville, des réalisations effectuées, des projets en cours. C’est irresponsable, inutile et dangereux car source d’une confusion certaine dans l’électorat de gauche ».

Le point de vue du « Front de gauche istréen »

Pour sa part, le « Front de gauche istréen » qui mènera la liste « Istres-Entressen à gauche », réunissant des militants du PS, d’EELV, du Parti de gauche et du PCF, considère qu’« une élection municipale, locale certes, n’en reste pas moins une élection politique où il faut choisir son camp ». Et, poursuit-elle, « on s’étonne que la politique vantée comme une "authentique politique de gauche" soit si unanimement approuvée, et depuis longtemps, par les colistiers de droite ».

Quant à la question de l’utilisation du « label » Front de gauche, « donner à penser que le Front de gauche se résume à une appellation collée sur une liste démontre la méconnaissance de la démarche qui anime les militants qui y sont engagés : cette démarche suppose l’adhésion à des valeurs, des pratiques, une éthique, adhésion refusée de fait par le bureau de la section d’Istres du PCF ».

La Marseillaise, le 19 février 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.