Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

Gardanne. Meï tacle Garella sur l’emploi

Le Maire sortant veut continuer à défendre le commerce local malgré un contexte national difficile.

« Quand on n’est pas capable de garder des magasins ouverts, on ne lance pas des promesses sur l’emploi ! » Roger Meï n’est pas toujours du genre à sortir les griffes vis à vis de ses adversaires, mais il est des domaines sur lesquels il ne veut pas s’en laisser conter. L’industrie, notamment. Un sujet sur lequel le candidat Jean-Brice Garella s’est récemment exprimé par le biais d’une réunion publique, lors de laquelle il a rappelé vouloir créer 1.000 emplois sur la ville dés son élection : « Je rappelle que Monsieur Garella est lui-même chef d’entreprise, et que son magasin de Plan de Campagne vient de fermer, tout comme son agence immobilière au quartier Payannet. Des emplois, il en a créés, c’est vrai… A l’étranger ! » ironise Roger Meï, « en délocalisant la fabrication des vêtements de sa marque au Maroc, en Tunisie ou au Portugal… Nous, on fait ce qu’on peut pour permettre aux Gardannais d’accéder au travail ». Et de rappeler : « Récemment, nous avons visité les locaux d’une entreprise installée sur la zone Novactis. Nous avons demandé que des emplois soient réservés aux habitants de la ville. Nous faisons systématiquement ces demandes aux chefs d’entreprises ». Les attaques de Roger Meï ne visent pas le seul candidat socialiste - tout du moins adoubé par le PS, Jean-Brice Garella ayant pris la tête, en 2012, du comité de soutien du candidat Hollande aux Présidentielles. « On peut difficilement compenser une politique nationale
défaillante »
estime le Maire, « la politique de Hollande est une politique de casse de l’industrie. On voit ce qui se passe aujourd’hui, à LFoundry ou à EON ». Les petits commerces sont aussi touchés : « Si on a rénové le Cours, c’est aussi pour mettre nos commerces en valeur. On les associe à toutes nos manifestations, comme Arts et Festins du Monde, la foire agricole etc. On fait le maximum pour accompagner leur dynamisme. Ça n’est pas facile. il y a la proximité d’Aix et de Plan de Campagne. Et puis il y a la concurrence d’Internet, chose qu’étrangement, Jean-Brice Garella ne mentionne pas dans ses réunions publiques…» Une proposition a été faite aux commerçants d’utiliser le portail internet de la ville pour valoriser leur offre.

La Marseillaise, le 11 février 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.