Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos élu(e)s locaux
 

Dans l'agenda



Agenda de la fédération



Agenda des sections



Flux rss

 
 
 

Rythmes scolaires. « Suspendre la mise en œuvre du décret »

Des Maires écrivent au ministre de l’Éducation nationale.

Patricia Fernandez-Pédinielli, René Raimondi et Jean-Marc Charrier, respectivement maires de Port-de-Bouc, Fos-sur-mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, ont envoyé un courrier au Ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

Ils rappellent que, sur leurs communes, « l’attente d’une réforme de l’école portant une vraie ambition en faveur de la réussite pour tous était très attendue (..) », notant quand même que la tendance à « l’affaiblissement des moyens menée par le précédent gouvernement » a commencé à s’inverser. Mais de poursuivre : « L’engagement à marche forcée de la réforme des rythmes scolaires soulève des inquiétudes et des insatisfactions qu’il faut savoir entendre. » Ils mettent en avant les larges concertations « avec les parents, les enseignants, les associations et les personnels » qu’ils ont menées et leur volonté que « cette réforme soit l’occasion d’avancer dans la prise en compte des besoins éducatifs des élèves ». Ils estiment qu’« en l’état actuel », elle est « construite sans concertation avec les acteurs locaux », favorisant « le transfert aux collectivités territoriales des compétences qui sont celles de l’Éducation nationale » et, par voie de conséquence, « renforçant les inégalités entre les territoires ». Et de rappeler que « le décret très controversé suscit[ant] beaucoup d’interrogations et de mécontentement parmi nos administrés » les « avait conduits à ne pas le mettre en place lors de la rentrée 2013 ».

Les trois Maires affirment leur conviction que « l’école de la réussite de tous doit se faire durant l’obligation scolaire assurée par l’Éducation nationale et que celle-ci doit être la même pour tous les élèves de France ». Par ailleurs, ils font état d’une évaluation de l’Association des Maires estimant à 150 euros par enfant et par an la mise en place du décret. Les élus insistent donc sur le fait que cette refonte des rythmes « intervient au moment où le projet de loi sur la modernisation de l’action publique territoriale et l’affirmation des métropoles (…) pose la question du devenir de la démocratie locale, de la gestion financière et des moyens dont les communes et communautés de communes pourront disposer ».

Leurs municipalités « portent des services périscolaires de qualité, accessibles aux familles » qu’ils ne souhaitent pas voir remis en cause et demandent donc « la suspension de la mise en oeuvre du décret ».

Et de souhaiter que « la réflexion sur les nouveaux programmes, engagés par votre ministère [de l’Éducation nationale], permettra aussi de redéfinir des rythmes plus appropriés et élaborés avec tous les partenaires ».

La Marseillaise, le 26 janvier 2014

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.