Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Parti
 
 
 
 

Marseille. Du bus au vélo en passant par le train, les attentes sont considérables

Discussions animées hier soir au théâtre Mazenot (1er arrondissement) pour le premier des huit forums organisés par le Front de Gauche. Le but : construire un projet municipal pour 2014 « qui réponde aux attentes de la population » à raison d’une rencontre par secteur dans la ville. En ouverture, le thème des transports.

D’abord le constat, pas brillant à Marseille estime Christian Pellicani (PCF), Conseiller Municipal des 1er et 7e arrondissements. « Nous avons un des prix du ticket à l’unité parmi les plus élevés de France, un réseau qui n’est pas assez dense et une majorité qui a favorisé pendant 18 ans le tout routier » brosse-t-il à grands traits. Le réseau ferré n’est pas plus développé et le stationnement, payant, relève « du racket sans offrir d’alternatives ni à ceux qui viennent travailler à Marseille, ni à ceux qui y habitent » estime l’élu communiste. Seuls points positifs : le prolongement du métro vers l’hôpital Nord, acté par le Premier Ministre le 8 novembre dernier lors de sa visite à Marseille, et la mise en place des navettes maritimes vers la Pointe Rouge et l’Estaque. « Des victoires à mettre à l’actif des élus PCF et Front de Gauche » rappelle Christian Pellicani. Ceci posé, le chantier reste entier alors que la question des déplacements fait partie intégrante de la qualité de vie dans la ville.

Une offre peu pertinente

« J’ai opté pour le principe d’auto-partage car les transports ne me permettent pas de me déplacer, témoigne un participant au débat, le vélo on en n’a pas à louer dans les quartiers populaires comme le 3e là où j’habite et puis, essayer de prendre avec le boulevard de Paris, c’est jouer avec la mort ». Il y a pourtant des pistes. Notamment l’expérience aubagnaise, où la communauté d’agglomération  a misé sur la gratuité des transports, indique Jean-Paul Coste du Parti de Gauche. Selon lui, la démarche, basée sur une participation accrue des entreprises, permettrait d’économiser des millions à Marseille. « Mais il faut auparavant travailler sur un réseau
pertinent et faire en sorte d’augmenter la capacité d’investissement des collectivités locales »
nuance Pierre, militant communiste et cadre territorial. Pour ce dernier, il faut « avoir des priorités »,  par exemple les jeunes.

A la tribune, Georges Chahine, syndicaliste CGT et membre du conseil d’administration de la RTM approuve, dénonçant une politique de transport marseillaise peu ambitieuse car « électoraliste ». Une donne que le Front de gauche se propose de contrer avec comme document concret, une synthèse de ses forums.

Mireille Roubaud (La Marseillaise, le 28 novembre 2013)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.