Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 
 
 

Henri Bascunana. « Conforter le Service Public ferroviaire »

Henri Bascunana. Cheminot communiste, coordinateur du débat public « Quel avenir pour notre système ferroviaire ? »

Les cheminots communistes de Marseille organisent aujourd'hui un débat public sur l'avenir du rail en France. 3 questions à Henri Bascunana, coordinateur de l'initiative.

La Marseillaise. Pourquoi tenir un débat sur l'avenir du système ferroviaire aujourd'hui ?

Henri Bascunana. C'est l'actualité qui nous y conduit. 2013 sera une année charnière, une année historique pour le système ferroviaire français. D'abord l'acte III de la décentralisation, même s'il semble voué à être retravaillé, prévoit l'existence de lignes régionales, ce qui constitue une forme de démantèlement du réseau national, un recul sur la cohérence de l'aménagement du territoire et donc sur l'égalité républicaine. Par ailleurs, 70% des trains d'équilibres du territoire (TET), c'est à dire les trains corail, les trains de nuit… qui sont de la responsabilité de l'État, seraient désormais à la charge des Régions sans transfert de financements. Par ailleurs, le 4e paquet ferroviaire européen concocté par la Commission européenne devrait imposer l'ouverture des transports régionaux à la concurrence et la séparation des infrastructures et du transport. Alors que le gouvernement s'apprête à décider la réunification de Réseau ferré de France (RFF) et de la SNCF -une mesure pour laquelle nous nous engageons- cette orientation européenne pèse sur certains au gouvernement qui sont soucieux de rester bien euro-compatibles.

La Marseillaise. Qui seront les intervenants ?

Henri Bascunana. Pierre Mathieu, Vice-Président de la Région Champagne-Ardenne en charge des Transports et membre de la direction de l'Association nationale des élus communistes et républicains. Jean-Marc Coppola, Vice-Président de la Région Paca, et Gaby Charroux, Député des Bouches-du-Rhône.

La Marseillaise. Quelles propositions portent les cheminots communistes ?

Henri Bascunana. Nous souhaitons une réunification de RFF et de la SNCF qui conforte le Service Public ferroviaire. Pour cela, elle doit être économiquement et socialement durable. La dette de 30 milliards d'euros actuellement supportée par RFF doit être prise en compte par l'État, ce qui permettrait de dégager plus d'un milliard[ d'euros d'intérêts versés chaque année, pour le fonctionnement effectif du réseau. De même, la famille cheminote ne doit avoir qu'un statut et les collègues de RFF qui sont sous contrats privés doivent obtenir le statut SNCF Nous combattons bien sûr l'ouverture à la concurrence qui casse le Service Public au détriment des usagers. Il est hors de question de laisser Bruxelles nous dicter l'avenir de notre système ferroviaire.

Propos recueillis par Léo Purguette (La Marseillaise, le 5 avril 2013)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.