Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos Conseillers régionaux
 
 
 
 

Contrat d’exploitation des services ferroviaires régionaux. Intervention de Alain Bolla

Assemblée plénière du 22 février 2013

Intervention de Alain Bolla

Rapport n° 11 – Contrat d’exploitation des services ferroviaires régionaux

Monsieur le Président,

Mes cher-e-s collègues,

L’avenant 24 au contrat d’exploitation des services ferroviaires régionaux 2007-2016 entre la Région et la SNCF, concerne la préparation du plan de transports 2014.

Il traduit également l’accord entre la Région et la SNCF pour renforcer le dispositif d’incitation au respect des objectifs de qualité de services.

Tout d’abord permettez-moi de faire observer que ce rapport valide les réserves que notre groupe avait émises à l’occasion de l’assemblée plénière de décembre sur le précédent avenant.

Les études pour 2014 concernent essentiellement le développement d’offre TER lié à la mise en service de nouvelles infrastructures financées dans le cadre du contrat de projet Etat-Région : liaison inter gares entre Avignon centre et Avignon TGV, la 3ème voie entre Antibes et Cagnes, l’évitement du Bosquet entre Grasse et Cannes d’une part et d’autres part, des évolutions d’offres dans les secteurs des Alpes, de la Côte d’Azur et de la Transversale Sud.

D’autres sont dans les tuyaux et doivent absolument figurer dans le prochain contrat de projet Etat Région 2014-2020 comme la réouverture de la ligne CARNOULES GARDANNE ou encore celle de DIGNE.

Des lignes venant étoffer le maillage du territoire régional répondant à de véritables besoins pour le déplacement des populations et le développement économique.

Un ensemble développé, complément indispensable à une nouvelle infrastructure de transport ferrée qui permet le désenclavement de la région, tant pour les voyageurs que pour le fret.

Cette nouvelle ligne ferroviaire est donc absolument indispensable pour notre région au risque de voir la région marginalisée et asphyxiée tant pour son potentiel économique que pour le quotidien de ses habitants.

L’Etat n’ayant pas encore rendu ses arbitrages nous allons donc rester optimistes mais prudents, tout en continuant à développer l’argumentation et la pression pour sa réalisation.

Sur le premier point permettez moi aussi, de noter la satisfaction de notre groupe qui depuis 1999 s’est mobilisé pour l’inscription de la modernisation des infrastructures de transports et la réouverture de ligne aux services voyageurs, dans les contrats de Plan.

Après la mise en service de Canne Grasse, la modernisation de la liaison Aix Marseille arrive à terme. Tous ces chantiers vont permettre la mise en circulation de nouveaux services TER pour améliorer le quotidien de nos concitoyens et contribuer également à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

A cette fin nous demandons par ce rapport à la SNCF d’engager des études pour anticiper ces mises en services avec la faisabilité technique du projet de service 2014 ainsi que son coût.

La réponse de la SNCF, à ce jour, ne nous permet pas de valider la proposition.

Nous partageons l’avis du rapport sur ce point et nous souhaitons nous y attarder.

On ne résoudra pas les problèmes de transports collectifs ferroviaires et de déplacements quotidiens en restant sur des moyens limités pour l’entreprise publique d’une part et une absence de ressources financières pour les autorités organisatrices de transports d’autre part.

En effet, l’objectif d’optimisation de la production et de réduction de son coût global ne devra pas se traduire, comme on l’a déjà connu sous la mandature de Jean Claude Gaudin lors de l’expérimentation des transports, par des suppressions de services pour en créer de nouveaux.

Notre majorité a eu le mérite depuis plus de douze ans de développer l’offre TER et la qualité de service par l’augmentation de l’offre TER, la modernisation des infrastructures, des gares, l’achat et la rénovation du matériel roulant.

Nous devons relever le nouveau défi qui nous est imposé par le gouvernement et l’Europe en menant les actions nécessaires pour obtenir des moyens pour la SNCF.

En imposant, notamment, à l’Etat le développement de l’emploi cheminot dans les régions et le relèvement des dotations de fonctionnement en attendant de nouvelles ressources financières pour notre collectivité.

Ce défi nous devons le relever ensemble comme lorsque nous sommes allés dans les gares à la rencontre des usagers pour demander à l’ancien gouvernement de respecter les engagements du Contrat de Plan et des postes de cheminots pour la réalisation du Contrat SNCF/REGION.

Aujourd’hui nous devons interpeller nos collègues parlementaires pour qu’ils revoient la copie de l’acte trois de la décentralisation en traitant la question des ressources financières des collectivités locales et les moyens de fonctionnement des systèmes de transports collectifs.

Nous devons les interpeller pour qu’ils n’engagent pas l’explosion du caractère national du service public de transport ferré par la possibilité de recours à des délégations de services publics en région.

Ce serait créer de nouvelles inégalités entre les territoires et les populations à contrario de l’engagement pour le développement des solidarités qui traverse l’ensemble des politiques de notre région.

Nous avons, vous avez monsieur le Président sur ces questions essentielles pour bâtir le budget 2014, une chance inouï car du sommet de l’Etat au Parlement et dans de nombreuses collectivités des majorités ont été élues pour apporter le changement.

Ce rapport illustre très bien ce que nous avons été capables de réaliser et les limites actuelles du cadre réglementaire et financier dans lequel les politique libérales voudraient nous enfermer.

Alors retroussons les manches et tournons le dos à l’austérité !

Notre groupe votera le rapport 11 avec un état d’esprit constructif et combatif.

Seul le prononcé fait foi.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.