Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 

Agenda PCF 13

Flux rss

Bienvenue à la Fédération des Bouches-du-Rhône du Parti Communiste Français

280, rue de Lyon
13015 - Marseille
T. 04.95.05.10.10
F. 04.91.58.57.24
- contact@pcf13.fr
- Facebook
- Twitter
- Instagram
- YouTube
 
 
 

Le PCF lance un hommage à Louis Aragon

Anniversaire. Soirées, expositions, lectures, concerts trente ans après la mort du poète et écrivain.

Pour le trentième anniversaire du décès de Louis Aragon, le PCF inaugure mercredi un mois d'hommage au poète et écrivain avec des soirées carte blanche, des expositions, des lectures, des concerts jusqu'au 19 décembre à son siège parisien de la place du Colonel Fabien.

Louis Aragon, né en 1897, adhère au Parti Communiste Français en 1927, il lui restera fidèle jusqu'à sa mort le 24 décembre 1982.

Quand la réalité du stalinisme éclate aux yeux des communistes, Aragon traverse une crise existentielle mais il continuera d'être solidaire envers et contre tout.

« Aragon n'appartient pas au Parti Communiste Français, il appartient à tous », annonce d'emblée Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, qui inaugurera mercredi le mois Aragon lors du vernissage d'une exposition d'art contemporain « Des vies à écrire » en partenariat avec le Mac/Val, le musée d'art contemporain du Val-de-Marne.

67 thèses de doctorat tenues sur Aragon

« Toutes les initiatives pour faire découvrir l'œuvre d'Aragon rencontrent un franc succès », souligne l'ancien Ministre communiste, Jack Ralite proche de Louis Aragon dès les années 60.

« C'est le bonheur du partage d'une grande œuvre », ajoute ce grand défenseur de la culture et qui se dit « frappé » de cet engouement pour Aragon.

« Il est accroché dans l'air de ce pays », dit en souriant Jack Ralite qui ajoute fièrement « qu'il y a 67 thèses de doctorat tenues sur Aragon. Il est le premier de tous les écrivains décédés ».

Les poèmes de l'animateur du dadaïsme et du surréalisme ont aussi été chantés par Jean Ferrat, Georges Brassens… ou encore Léo Ferré qui disait « le vers d'Aragon est, en dehors de tout évocation, branché sur la musique ».

« Trente ans plus tard le poète, le romancier et le combattant politique continue à nous parler, échappant au fil du temps et à l'oubli », écrit le PCF dans un communiqué.

Lors de cet hommage, une exposition de photographies, le « 56, rue de Varenne » reconstituera à partir du 5 décembre les murs de l'appartement parisien d'Aragon qui étaient décorés d'une multitude de documents punaisés comme un collage.

Plusieurs soirées sont également programmées : carte blanche à Jean d'Ormesson de l'Académie française et Roland Leroy, ancien directeur de L'Humanité le 16 novembre, à l'écrivain Valère Staraselski le 21 novembre, Olivier Barbarant, poète et directeur de l'œuvre poétique d'Aragon dans la Bibliothèque de la Pléiade et Josyane Savigneau, écrivain et journaliste au Monde le 28 novembre.

Le 5 décembre ce sera carte blanche avec Bernard Vasseur, directeur de la Maison Elsa Triolet-Aragon et Pierre Juquin auteur de « Aragon, un destin français », le 7 décembre carte blanche à La Jeunesse communiste.

Le 14 décembre c'est Jean Ristat, poète, romancier, directeur des Lettres françaises et exécuteur testamentaire de l'écrivain et Olivier Barbarant, poète, qui auront à leur tour carte blanche. Ils feront lecture et mise en espace du Voyage d'Italie d'Aragon et de poèmes de Marceline Desbordes-Valmore.

Le 19 décembre l'hommage se terminera par une carte blanche sur la culture et l'art face aux défis d'aujourd'hui avec Alain Hayot, délégué national à la culture du PCF et ses invités.

A cette occasion, les édition Arcane 17 publient un livre « Aragon d'hier à aujourd'hui ».

Par ailleurs, le dernier volume de l'intégrale de son oeuvre romanesque vient de paraître dans La Pléiade (Gallimard), ainsi que « Aragon, la confusion des genres » de Daniel Bougnoux, chez le même éditeur. Un chapitre de cet essai, qui contenait une scène de drague homosexuelle, a été supprimé à la demande de l'exécuteur testamentaire d'Aragon.

La Marseillaise, le 13 novembre 2012

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.