Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Discrimination
 
 
 
 

Mariage gay. Marie-George. Buffet met la pression à volonté sur le gouvernement

La Députée PCF a lancé hier, à Puyricard, une série de débats quant au projet de loi qu'elle prépare, alors que la majorité tarde à se lancer.

Elle ne lâchera pas. En 2005, la proposition de loi pour l'égalité des droits de tous les couples -elle était encore secrétaire nationale du PCF-, c'était elle. Sept ans après -et alors que les amoureux gays s'aiment un peu moins en cachette mais restent toujours sur le palier des mairies-, elle réitère. Marie-Georges Buffet tente de mettre la pression sur un gouvernement socialiste qui, sur ce dossier brûlant, avait promis des pas de géant en avant, et enchaîne désormais les esquives jusqu'à reporter, si tout va bien, l'examen du projet de loi en Conseil des Ministres à début novembre et un passage à l'Assemblée Nationale début janvier.

"On perd du temps et nos adversaires se font entendre" lâche la Députée évoquant les dizaines de manifestations à travers toute la France. "Récemment, les militants intégristes de l'association Vita ont fait distribuer à des gosses leurs tracts anti mariage gay, qui assimilaient l'ouverture du mariage à la polygamie!" explique Célia Baudu, militante LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres), après s'être présentée : "Moi je suis lesbienne d'origine transsexuelle et le pire c'est que je n'en ai même pas honte !"

La centaine de personnes venues débattre à la salle des fêtes de ce qui retourne "d'une période charnière" au niveau sociétal, selon une intervenante, est pliée en deux. Mais l'assemblée n'est pas acquise à la cause, malgré les préjugés que l'on avait nourris, en se rendant au premier débat de la tournée nationale qu'entame la communiste.

Un quinquagénaire prend le micro : "je ne suis pas pour, mais ça n'implique pas que je suis homophobe. Alors pourquoi pas un référendum ?" La Députée : "je suis pour de multiples débats avant un référendum, Parce qu'il faut que nos arguments soient entendus sinon on distingue toujours les mêmes voix" répond-elle, visiblement inquiète des récents sondages, qui pronostiquent des avis partagés. "Ceci dit, en 1792, si les Révolutionnaires avaient agi avec les études d'opinion, ils pas fait grand chose cette année-là !" sourit-elle, espérant que le mot "parents" éclipsera bientôt, dans le code civil, les termes "père et mère".

Autre versant du débat, l'adoption. Une dame s'inquiète de "l'impact psychique" sur les enfants de couples gays : "Je vois notamment les enfants adoptés par des amis hétéros, qui se posent beaucoup de questions à un certain âge…" Un homme prend le micro : "Des études américaines montrent que 95% n'ont pas de problème dans leur évolution".

Marie-Georges Buffet enchaîne : "En même temps, dans toute famille où l'on adopte, on se pose la question du moment propice pour annoncer la vérité. Et il n'est pas question de faire croire aux enfants qu'ils ont deux pères ou deux mères…" Un militant Front de Gauche conclut : "Que les associations catholiques se rassurent, 100% des couples homos ne feront pas, en les élevant, des homos ! Jusqu'à preuve du contraire, 100% des homos actuels sont issus, biologiquement, de couples hétéros !"

Romain Capdepon (La Provence, le 26 octobre 2012)

La proposition

Article 1. Au dernier alinéa de l'art. 75 du code civil, les mots "mari et femme" sont remplacés par le mot "époux".

Article 2. A l'art. 96 du même code, après le mot "époux", sont insérés les mots "ou de la future épouse".

Article 3. Le début du premier alinéa de l'art. 108 du même code est ainsi rédigé : "Les conjoints unis parle mariage peuvent…"

Article 4 (I). Au début de l'art. 144 du même code, est insérée la phrase suivante : "Le mariage est l'union célébrée par un officier d'état-civil entre deux personnes de même sexe ou de sexe différent, quelle que soit leur identité de genre".

Article 4 (11). Les mots "L'homme et la femme ne peuvent" sont remplacés par les mots "Une personne ne peut…"

Il y a actuellement 1 réactions

  • Pourquoi nous les gays n a t

    Pourquoi nous les gays n a t on pas le droit de s aimer de se marier d adopter des enfants ou d en avoir. On est pas inférieur aux hétéros, arrêtez de nous stigmatiser persécuter on est pas des criminels. A travers des siècles on fût gazé brûlé emprisonné traiter comme des aliénés des malades mentaux.On est plus cultivé que vous,les enfants adoptés par des homos ont une meilleure éducation tres diplômé ayant des copines ainsi donc sont respectables et romantiques envers leur petites cheries.La ségrégation qu on subisse quotidiennement ça suffit. lors des entretiens d embauche on nous propose de coucher pour accéder à l emploi. on est victimes des railleries insultes crachats allusions douteuses promotions canapes dans nos entreprises parti politiques associations syndicats. on est des citoyens comme les autres cessez de nous montrer du doigt on est pas des martiens il faudra nous accepter comme on est.75 % des jeunes gays essayent de se suicider quand j étais adolescent j ai tenté plusieurs fois de me suicider car j étais rejeté par la société en me reprochant d être différent.Dire que les homophobes les 3/4 sont des réligieux zarma les hommes de réligions sont des gens de paix de tolérance. sont les premiers à venir nous voir pour baiser ceux sont des homos refoulés. merci beaucoup Marie Georges Buffet de ton soutien et de nous aider dans notre juste combat.dire que le slogan de la république Française c est liberté égalité et fraternité je vois qu énormément de nos concitoyens ne respectent cette valeur qu on a hérité de la révolution

    Par DONNASUMMER13, le 29 octobre 2012 à 05:06.