Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos Parlementaires
 

Dans l'agenda



Flux rss

 
 
 

Marie-Christine Vergiat. Sur la situation en Birmanie

Monsieur le Président, depuis 2011, les autorités birmanes ont donné quelques signes d'ouverture. Ce n'était pas difficile, vu d'où l'on partait, mais ne soyons pas dupes. Les violences interconfessionnelles qui ont frappé la région d'Arakan, et surtout la répression qui a suivi, ne sont pas supportables. Elles révèlent, une fois de plus, la situation de la minorité Rohingya, l'une des plus persécutées de la planète, selon l'ONU.

Monsieur le Président, depuis 2011, les autorités birmanes ont donné quelques signes d'ouverture. Ce n'était pas difficile, vu d'où l'on partait, mais ne soyons pas dupes. Les violences interconfessionnelles qui ont frappé la région d'Arakan, et surtout la répression qui a suivi, ne sont pas supportables. Elles révèlent, une fois de plus, la situation de la minorité Rohingya, l'une des plus persécutées de la planète, selon l'ONU.

Le 12 juillet dernier, le président Thein Sein lui-même a osé déclarer que la seule solution pour mettre un frein à la violence était d'expulser les Rohingyas et, début août, les autorités de Dacca ont expulsé trois organisations caritatives leur venant en aide.

Je paraphraserai juste, pour conclure, un responsable de Human Rights Watch. Quelle réaction aurait eue la communauté internationale avant les soi-disant changements? Elle semble aveuglée par la signature d'accords commerciaux et continue de lever les sanctions, même si les abus se poursuivent. Cela se passe de commentaires.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.