Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos élu(e)s locaux
 

Dans l'agenda



Agenda de la fédération



Agenda des sections



Flux rss

 
 
 

Gignac. « Une tentative de putch »

Le Maire Christian Amiraty et le Conseiller municipal Alain Croce suite à la démission de 13 élus.

Gignac-la-Nerthe vient de connaître une épisode assez inhabituelle de la vie municipale avec la démission, le 30 juillet de treize Conseillers municipaux issues de deux listes opposées : 6 élus de l'opposition de droite et 7 élus qui faisaient jusqu'ici parti du Groupe « Changeons la ville » (PS et société civile) dont est issu le Maire socialiste Christian Amiraty.

« En 2008, les électeurs nous ont élus avec plus de 55% des voix pour 6 années, c'est au bout du mandat que nous aurons à rendre des comptes, cette initiative de putch 16 mois avant ne repose sur rien de sérieux » souligne Christian Amiraty, « si la politique que nous menons ne leur convient pas, il fallait continuer à l'exprimer au sein du Conseil municipal et non pas démissionner. En 2014, le temps démocratique normal permettra d'exprimer si besoin, leurs souhaits d'alternance ». Le Maire PS dénonce « une alliance contraire à l'idée des valeurs que chaque femme et chaque homme doit porter en politique, dire aujourd'hui qu'ils ont démissionné parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec le programme de la majorité alors qu'il y a des échéances démocratiques normales, c'est en réalité tout faire pour nous empêcher de faire notre travail. Un travail qui consiste en l'occurrence à mener à bien les réalisations prévues dans le cadre de l'accord entre les deux Groupes de la majorité (« Changeons la ville » et « Gignac j'y vis » présidé par Alain Croce) : un square au centre-ville, un nouveau centre aéré, une baisse de 8% de la taxe d'habitation qui sera votée en décembre, la rénovation de la place de Laure... ce sont des choses inscrites au programme qui vont voir le jour en 2013 ». Christian Amiraty se déclare « extrêmement fier d'avoir une majorité municipale soudée avec un Groupe « Gignac, j'y vis », le projet a été conçu ensemble et il sera réalisé ensemble conformément aux accords de 2008. »

« Les Conseils municipaux les plus longs de l'Étang »

Pour Alain Croce qui se déclare « surpris par l'attelage des opposants », la démission intervient après « plusieurs mois de dissonances visibles » ou « beaucoup de délibérations importantes n'ont pas été votées ». L'argument du manque de démocratie interne évoqué dans un premier temps par les opposants ne tient pas à ses yeux : « nous avons les Conseils municipaux les plus long de l'Étang-de-Berre, un d'entre eux a duré de 19h à plus de minuit, cela signifie qu'ils ont largement la parole » souligne t-il « en fait ils voulaient provoquer des élections et avoir un nouveau Maire mais le quorum de 20 conseillers (sur 29, Gignac comptant moins de 10.000 habitants NDLR) pour continuer à siéger est atteint. Le Groupe « Gignac j'y vis » est passé de 6 à 8 élus, le Groupe du Maire aura 11 élus et une personne de la liste d'opposition de droite a accepté de siéger » précise Alain Croce. Il n'y aura donc pas d'élections anticipées et le Conseil municipal pourra se réunir en septembre.

Le Groupe « Gignac j'y vis » qui a fait connaître sa position dans une lettre adressée aux habitants entend garder le cap des « 4 ans d'union sur un programme défini ensemble » poursuit Alain Croce « les réalisations vont voir le jour progressivement en 4 ans, nous avons à la fois redressé les finances de la commune et entamé des réalisations importante ».

Pour Christian Amiraty en tout cas, les perspectives de développement existent. « Gignac est une commune péri-urbaine qui a conservé de la qualité de vie, à 20 minutes de Marseille et d'Aix, tout près de l'aéroport avec des moyens de communication routiers et autoroutiers, la gare de Pas-des-Lanciers, c'est un territoire attractif qui travaille pour améliorer sa qualité d'environnement ».

Le Maire évoque notamment l'action menée dans le cadre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) « pour la défense des zones agricoles sur les plaines de Gignac et de Châteauneuf ».

Propos recueillis par Jean-François Arnichand (La Marseillaise, le 21 août 2012)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.