Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Le Front de gauche
 

L'agenda



Flux rss

 

Pays d'Aix. En finir avec toutes les discriminations

 
 

Front de Gauche. Un débat sur la question des LGBT(*) intitulé « Le mariage et après ? », s'est tenu lundi à Aix.

Lundi soir, une cinquantaine de militants du Front de Gauche se sont donné rendez-vous au restaurant "Le Charlotte", en plein centre-ville d'Aix. Au programme, un sujet qui fait couler de l'encre en campagne électorale mais qui est délaissé une fois l'arrivée au pouvoir : la question des lesbiennes, homosexuels, bisexuels et transsexuels. C'est Célia Baudu, militante associative de longue date sur ces questions et syndicaliste CGT, qui animait les débats.

Des années de discrimination étatisée

« Nous avons choisi de nous intéresser à l'après mariage parce tant que nous n'aurons pas l'égalité parfaite nous serons discriminés ! » Et de poursuivre sur toutes les mesures gouvernementales et les schémas de pensée normatifs, expressions d'une dictature dominante, qu'il faut combattre : le Pacs dont on voit les limites, le mariage homosexuel qui en France n'est toujours pas adopté, alors que le Portugal et l'Espagne l'ont déjà inscrit dans leurs lois mais aussi toutes les stigmatisations psychologiques et médicales.

Un homosexuel masculin par exemple n'a absolument pas le droit de donner son sang, même si ses pratiques sexuelles ne sont pas à risque. La politique envers les trans est aussi extrêmement préoccupante. « La loi Bachelot a simplement fait déplacer le problème. Aujourd'hui, la trans-identité n'est plus considérée comme une affection de longue durée psychiatrique mais les psychiatres jouent toujours un rôle trop important dans ce parcours. Une mesure qui sert simplement à des fins financières, afin de supprimer les allocations d'ALD. Mais la stigmatisation reste la même. »

Et c'est bien là l'enjeu du débat : faire changer les consciences, les faire évoluer, par l'éducation et la formation de tous. Une lutte longue mais essentielle pour en finir avec toutes formes de discriminations.

L'être humain avant tout

C'est Richard Sanchez qui a poursuivi le débat. Ce membre du conseil national du PCF mais aussi Président de Fièr-e-s et révolutionnaires, collectif communiste de lutte pour les droits des LGBT, a tenu à replacer le Front de Gauche et le PCF dans cette lutte, seul parti qui dès les années 1960, au nom du respect de l'intime, avait refusé de voter pour la loi qui faisait de l'homosexualité un fléau au même titre que l'alcoolisme. « Et on revient ainsi à l'essence même du communisme, celui de l'émancipation humaine, indissociable de l'épanouissement de la personne humaine. Et comment y parviendrait-on si l'on empêche la reconnaissance de l'identité de genre ou de l'orientation sexuelle ? » Et de paraphraser Jean Jaurès : « Si nous ne luttons pas contre toutes les discriminations, alors nous ne luttons contre aucune. »

Il a ensuite rappelé l'intervention de Jean-Luc Mélenchon la semaine dernière aux Folies Bergères, alors que l'inter-associative LGBT interpellait les candidats sur le sujet. Le candidat du Front de Gauche avait alors orienté son discours sur les transsexuels. « Et pour cause, si on démarre par là, cela conduira naturellement au respect et à la promotion de chacun et de l'humain en priorité », a poursuivi Richard Sanchez.

Pour le Front de Gauche, aborder ce thème n'est pas électoraliste mais relève de l'essence de son programme qui place l'humain d'abord.

Euria Tabita (La Marseillaise, le 4 avril 2012)

(*) LGBT : Lesbiennes, gays, bisexuels et trans.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.