Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil
 
 

Législatives. Frédéric Dutoit se lance dans la 5e

 
 

Le Président du Groupe communiste à la Ville, candidat du Front de Gauche face à Renaud Muselier.

Parmi les candidats déclarés dans la 5e circonscription (4e, 5e et une partie du 6e arrondissement de Marseille), Frédéric Dutoit est le premier à lancer officiellement sa campagne. Le Président du Groupe communiste à la Mairie de Marseille, ancien Député-Maire des quartiers Nord, a accepté de mener bataille dans ce secteur stratégique de la Ville. « Mon parti me l'a demandé en accord avec les autres composantes du Front de Gauche. J'ai répondu favorablement pour gagner contre la Droite et l'extrême-Droite. Battre Renaud Muselier au regard de son bilan au plan national comme municipal serait une grande victoire pour l'ensemble « des Marseillais », explique-t-il.

Très offensif, il n'a pas de mots assez durs contre ce « porte-drapeau des anciens du RPR, qui assume à la fois la politique de Jean-Claude Gaudin et celle de Nicolas Sarkozy, causes de tant de difficultés pour les habitants de Marseille ».

« Renaud Muselier a fait redécouper sur mesure cette circonscription. Grand bien lui fasse il sera battu sur le fond politique. Il a le culot de se présenter comme le chevalier blanc de la politique marseillaise, il aura face à lui un candidat à la fois plus blanc et bien rouge ! », s'exclame-til. Pour le communiste et sa suppléante du Parti de Gauche, Magali Escot, l'urgence est en effet de battre la Droite pour mener « une véritable politique de Gauche, de rupture avec le capitalisme libéral ».

Battre la Droite et l'extrême-Droite

Au programme : briser les mécanismes spéculatifs, augmenter le pouvoir d'achat en portant le Smic à 1.700 euros et en relevant les bas salaires, mettre en place une Vle République, engager une planification écologique de la production… Bref, « faire le choix de la démocratie et de la relance sociale plutôt que celui de l'austérité », affirme l'élu communiste.
« La question n'est pas de donner du sens à la rigueur mais de donner du sens à la République », reprend en écho Magali Escot. Selon elle, c'est même cette orientation franchement à Gauche qui serait la seule à pouvoir faire reculer le Front national. Le parti d'extrême-Droite avait fait d'importants scores dans le secteur lors des dernières cantonales. « Nous avons distribué un tract qui démontre l'imposture sociale du FN. Marine Le Pen et ses candidats aux législatives sont les candidats des riches. Pour les battre, il faut une Gauche solide », insiste-t-elle.

Incarner le vote utile à Gauche

Critiques envers la proposition d'Eva Joly « d'une majorité incluant le Modem, c'est à dire une partie de la Droite » et le revirement de François Hollande sur le droit à la retraite à 60 ans, Frédéric Dutoit et sa suppléante veulent être les candidats de la clarté à Gauche dans cette circonscription également briguée par Marie-Arlette Carlotti, membre de l'équipe nationale de campagne du candidat socialiste.

Craignent-ils les effets du vote « utile » ? « En 2012, le vote utile c'est Mélenchon à la présidentielle et Dutoit-Escot aux législatives », répondent-ils du tac au tac.

Léo Purguette (La Marseillaise, le 18 janvier 2012)

Des soutiens divers et unis

« En 2012, le Front de Gauche franchit un palier supplémentaire. Ses trois sensibilités fondatrices sont là, investies dans la campagne et le comité de soutien rassemble bien au-delà », indiquait hier Philippe Blache, membre de la Gauche Unitaire, ancien candidat du Front de Gauche dans le canton du Camas. Il co-présidera le comité de soutien avec Isabelle Pasquet, Sénatrice PCF des Bouches-du-Rhône et élue du secteur dans l'opposition. On notait aussi la présence de Marie Batoux, membre du Parti de Gauche et ancienne candidate dans le canton de Notre-Dame du Mont. Frédéric Dutoit a annoncé par ailleurs l'implication prochaine de membres du NPA et de déçus du PS. Une manière, pour Magali Escot sa suppléante (PG), de retrouver « l'élan de la campagne contre le traité constitutionnel européen en 2005, pendant laquelle, pour la première fois, des militants issus de toutes les sensibilités de la Gauche se sont unis pour mettre en échec les logiques du capitalisme libéral ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.