Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > International

Journée internationale de la paix : Messages d'espoir pour un monde sans guerre

 

Dans l'agenda



Flux rss

 
 
 

De la gare Saint-Charles au stade vélodrome, elle a rayonné, hier, avec les pacifistes et les tifosi.

L’olivier du square Narvik (1er) a grandi et fait des petits. Les cheminots, avec leur comité d’établissement, l’avaient planté un 21 septembre 2008, journée internationale de la paix. Hier, au même endroit, autour de ces beaux arbres symboles de paix et pourquoi pas d’une prochaine victoire sur un monde en partie guerrier, les travailleurs du rail ont célébré cette fête mondiale en chansons, en actions et en paroles. C’est autour des photos prises à Bil’in (Cisjordanie), en avril dernier, que Sonia Chaib, cheminote, témoigne de la résistance non violente de tout un peuple qui, chaque vendredi tout au long de l’année, manifeste pour déconstruire le mur. « À nous de porter et de faire grandir ce message d’espoir et de paix. » Daniel Faure, Secrétaire du CE Paca, ne dit pas autre chose quand il évoque les valeurs de solidarité, de tolérance, d’amitié entre les peuples et de progrès social au cœur des activités du Comité depuis sa création. Plus de 100 000 marcheurs dimanche en Italie Les cinq expositions photographiques des différents projets solidaire à Berlin, New York, au Mali, en Afrique du Sud illustrent ces idées. Graziella Bevilacqua est venue de Gênes. « Ce dimanche, nous serons plus de 100 000 Italiens à marcher pour la paix de Perugia jusqu’à Sisi. A Vicenza, près de Venise, un mouvement pacifiste, composé de nombreuses femmes, se bat contre la base militaire états-unienne d’où partent des avions avec des armes contre l’Afrique et le Moyen-Orient ». Anne-France Roger, conseillère municipale de Septèmes-les-Vallons, met en avant le rôle des jeunes et des femmes de sa commune qui s’investissent dans des actions pacifiques en jouant au foot ou en préparant des repas, c’était dans le cadre de la campagne « Un bateau pour Gaza ». « La paix va se gagner avec la bataille des idées », souligne Patrice Pelletier, cheminot. « 1 missile nucléaire = 70 écoles, 1 mirage 2000 = 1 hôpital, il faut le crier fort ! » Des élus ont tenu à être présents. Le Député du coin Michel Vaxès (PCF) et la Sénatrice Isabelle Pasquet qui appelle à ne pas oublier le peuple kurde opprimé qui recherche aussi la paix. Pour Pierre Dharréville, Secrétaire du PCF 13, « avec la crise qui se développe parler de paix est une construction concrète au quotidien. C’est un projet fondamental afin de renverser l’organisation de la société et du monde ». Pierre Villard, Coprésident national du Mouvement de la paix, conteste le caractère soi-disant dissuasif de l’arme nucléaire. « C’est une arme de domination qui n’a empêché aucune guerre. » Persuadé que l’on peut abolir l’arme atomique dans les 15 ans qui viennent de la même façon qu’on a réussi à éliminer d’autres armes de destruction massive. En humaniste, Régine Minetti, Présidente du Mouvement de La Paix 13, nous invite à avoir une pensée pour toutes les victimes des violences d’où qu’elles viennent, particulièrement contre la condamnation à mort infligée à Troy Davis qui fait partie de la panoplie barbare. Piedad Belmonte (La Marseillaise, le 22 septembre 2011) Les South Winners supportent le pacifisme 13h pile, hier. Tous les pacifistes prennent place autour des escaliers de la gare Saint-Charles. En haut, en bas, sur les côtés, il y a du beau monde, notamment des jeunes qu’on n’a pas l’habitude de voir dans ce type de rassemblement, mais qui pourtant s’engagent dans des causes nobles. Ce sont les supporters membres des South Winners qui investissent le virage Sud au stade Vélodrome, ceux qui arborent le drapeau du Çhe, mais également celui d’Israël et de la Palestine. Franck Peyronel dit quelques mots qui résonnent dans tous les cœurs. « Nous sommes fiers d’être là pour la Journée internationale de la paix, loin de l’image véhiculée de supporters violents et belliqueux, notre projet associatif repose sur des valeurs de partage, de solidarité, de l’antifascisme, tout ce qui fait que Marseille est une ville cosmopolite. On a une conscience, on a envie de faire avancer ces causes, notre ville, la cité, on crée du lien social. » Spectacle éblouissant de voir tant de mains dérouler le gigantesque drapeau pacifiste (25m x 10m), qu’ils ont confectionné, le long des escaliers de la gare Saint-Charles. Du violet, bleu, vert, jaune, orange, rouge avec le mot Paix imprimé sur fond blanc cerclé de noir et pour finir en beauté une colombe, jamais vu d’aussi grande depuis Picasso.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.