Fédération des Bouches-du-Rhône

Fédération des Bouches-du-Rhône
Accueil > Vos Parlementaires
 

L'agenda



Flux rss

Dans l'agenda

Agenda de la fédération



Agenda des sections



Flux rss

 
 
 

[Pierre Dharréville] Reprise d'Ascométal par Schmolz-Bickenbach : réaction de Pierre Dharréville

Le tribunal de commerce de Strasbourg vient de confier l’entreprise Ascométal au repreneur Schmolz-Bickenbach, l’offre qui préserve le moins de sites et le moins d’emplois.
 
Pierre Dharréville interpelle le gouvernement et assure de sa mobilisation dans cette nouvelle étape de ce dossier pour donner à Ascométal le meilleur avenir.
 
Ascométal : quand l’Etat va-t-il s’occuper de la sidérurgie française ? 
 
Le tribunal de commerce de Strasbourg vient de confier l’entreprise Ascométal au repreneur Schmolz-Bickenbach, suivant ainsi la recommandation isolée du représentant de l’Etat. Ainsi, c’est l’offre qui préserve le moins de sites et le moins d’emplois qui a été retenue, ne tenant aucun compte de l’engagement des territoires et des avis émis par des instances représentatives du personnel. 
Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans cette situation. Se refusant à prendre position et à s’engager malgré nos interpellations, il s’est de fait associé à la position du procureur de la République. Quels sont les attendus de ce choix qui va encore porter un coup sévère à l’industrie de notre pays ? Les apparences laissent à penser que les salariés, qui ont déjà consenti de nombreux efforts pour redresser la situation, payent aujourd’hui la note du couple libéral franco-allemand. 
Selon les engagements de l’offre, le site de Fos, s’il est repris, doit voir ses effectifs réduits et à terme son train à fil est menacé. Dans cette nouvelle étape, je serai mobilisé au côté des salariés pour lui donner le meilleur avenir car c'est un site utile et performant.
Je n’accepte pas le gâchis, la casse industrielle, la fermeture des sites et des lignes de production, les suppressions d’emplois, qui viennent déstructurer des filières. La sidérurgie française et la production d'aciers spéciaux ont trop longtemps subi les conséquences des appétits financiers. 
Je demande aujourd’hui au gouvernement ce qu’il entend faire pour que l’ensemble des emplois soient préservés et qu’un avenir soit trouvé à l’ensemble des sites. La puissance publique doit engager des discussions avec le nouveau propriétaire de toute urgence, car nous ne pouvons en rester là. Enfin, cet épisode inquiétant met de nouveau en lumière la nécessité d’un Etat stratège, en particulier dans le domaine de l’industrie lourde et en l’occurence de la sidérurgie. 
Dans ce dossier, le gouvernement s’est caché et a donné l’image d’un Etat dégonflé face aux enjeux. Si cette décision nous indigne, elle ne fait que renforcer notre détermination.
 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.